Les Bourses européennes en ordre dispersé à l'ouverture

le
0
OUVERTURE DANS LE DÉSORDRE DES BOURSES EUROPÉENNES
OUVERTURE DANS LE DÉSORDRE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les grands indices boursiers européens évoluent en ordre dispersé en début de séance mardi, partagés entre l'impact d'un accès de faiblesse du dollar favorable, entre autres, aux valeurs minières et celui de l'avertissement du géant allemand des gaz industriels Linde, inquiet du ralentissement de la croissance de ses marchés.

Une vingtaine de minutes après le début des échanges, l'indice CAC 40 à Paris perd 0,092% à 4.952,91 points. À Londres, le FTSE gagne 0,5%, tandis qu'à Francfort, le Dax perd 0,07%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,1% et le FTSEurofirst 300 de 0,32%.

Les valeurs minières sont soutenues par le rebond des cours des métaux, favorisé lui-même par le repli du dollar. L'indice sectoriel Stoxx des ressources de base prend 0,82%, BHP Billiton 2,5% et Rio Tinto 1,2%.

A la baisse, Linde chute de 10,7%, la plus mauvaise performance de l'indice paneuropéen Stoxx, après l'annonce lundi soir d'une révision à la baisse de ses objectifs à l'horizon 2017. Dans son sillage, Air Liquide abandonne 2,3%.

A Paris, Renault gagne 2,22% malgré le démenti opposé par son allié Nissan aux informations du journal japonais Nikkei selon lesquelles Nissan souhaite augmenter sa participation au capital du constructeur français.

Les banques britanniques profitent quant à elles de la publication des résultats des "stress tests" annuels de la Banque d'Angleterre et de son rapport de stabilité financière semestriel, qui ne comportent aucune mauvaise surprise et aucune obligation nouvelle de lever des capitaux dans l'immédiat.

Royal Bank of Scotland s'adjuge 2,18 %, Standard Chartered 2,14% et Lloys Banking Group 2,84%.

Safran recule de 1,8%. L'Etat français a cédé lundi une participation de 2,64% pour 753,5 millions d'euros, a annoncé lundi l'Agence des participations de l'Etat (APE).

La matinée en Europe sera animée entre autres par les résultats définitifs des enquêtes mensuelles de Markit auprès des directeurs d'achats du secteur manufacturier.

(Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant