Les Bourses européennes en nette hausse à la mi-séance

le
1
NETTE HAUSSE DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-SÉANCE
NETTE HAUSSE DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en nette hausse à mi-séance vendredi et Wall Street est attendue stable après les nouveaux records inscrits la veille par le Dow Jones et le Standard & Poor's 500.

Le Dax allemand a atteint en matinée un nouveau plus haut historique et plusieurs autres indices européens évoluent non loin de leurs pics des derniers mois.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,99% à 4.260,33 points à 12h05 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,78% à 9.562,71 après un plus haut à 9.567,53 et à Londres, le FTSE avance de 0,7% à 6.740,85.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 progresse de 0,78% et le FTSEurofirst 300 s'adjuge 0,73% à 1.309,31, à quelques points seulement du plus haut de cinq ans atteint début novembre (1.316,42).

"C'est un phénomène très classique qui se produit sur le marché, le traditionnel rally de fin d'année sur les actifs risqués, une dernière quinzaine de décembre favorable aux actions et à l'euro sur le marché des changes. Cette inertie haussière ne doit donc pas surprendre, elle est récurrente, le mois de janvier ne sera pas nécessairement de la même nature", explique Vincent Gaume analyste chez FXCM.

Le secteur de la distribution est bien orienté après les premières indications publiées sur les ventes de la saison des fêtes. Inditex, la maison mère de Zara, gagne 0,95% et Kering s'adjuge 1,53%.

Deutsche Telekom avance de 0,88% après les informations selon lesquelles le japonais SoftBank pourrait racheter sa filiale américaine T-Mobile US.

A la baisse, Edenred cède 0,34% après un avertissement sur ses résultats lié à l'impact de la dévaluation du bolivar vénézuélien.

Sur le marché des changes, la baisse du yen se poursuit, la devise japonaise étant tombée pour la première fois en cinq ans à 105 pour un dollar. Un mouvement qui s'explique par la perspective d'une divergence croissante entre les politiques monétaires américaine et japonaise, la Réserve fédérale réduisant ses achats d'obligations alors que la Banque du Japon est susceptible de prendre de nouvelles mesures d'assouplissement.

La livre turque, toujours affectée par les turbulences judiciaires et politiques à Ankara, a quant à elle touché un nouveau plus bas face au billet vert.

L'euro, lui, progresse face au dollar et se rapproche de la barre de 1,39, évoluant au plus haut depuis octobre 2011.

Sur le marché obligataire, les investisseurs surveillent l'évolution du rendement à 10 ans américain, qui évolue autour de la barre symbolique de 3%, franchie jeudi pour la première fois depuis septembre après la baisse plus marquée qu'attendu des inscriptions au chômage aux Etats-Unis.

Marc Angrand, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le vendredi 27 déc 2013 à 13:42

    Rien à voir avec la bourse, c'est le summum de la perversion des faux monnayeurs de la planète, on n'aurait pas osé imaginer une telle décadence...et pourtant!!!