Les Bourses européennes en nette baisse après Wall Street

le
0
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN NETTE BAISSE
LA BOURSE DE PARIS OUVRE EN NETTE BAISSE

PARIS (Reuters) - Les principales bourses européennes ont ouvert en nette baisse vendredi dans le sillage de Wall Street, qui a lourdement rechuté jeudi avec une vague de prises de bénéfices.

A Paris, le CAC 40 perdait 39,93 points, soit 0,9% vers 09h15. Le Footsie britannique et le Dax allemand reculaient respectivement de 0,76 et 1,01%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 confirmait la tendance avec -0,81%.

La prudence des investisseurs, qui s'explique en partie par l'approche de la saison des résultats trimestriels, les tensions géopolitiques autour de la crise ukrainienne et des prises de bénéfice ciblées notamment sur les valeurs technologiques pourraient conduire les principaux indices européens à perdre du terrain sur la semaine pour la première fois depuis un mois.

A Paris, quasiment toutes les valeurs du CAC 40 étaient orientées à la baisse dans les premiers échanges avec notamment -1,15% pour Renault, qui étudie une baisse de ses capacités de production sur l'usine de Flins

GDF Suez perdait 1,58% après l'abaissement de sa recommandation par Crédit suisse et Thales cédait plus de 4,53% après l'abaissement de la sienne par JP Morgan, l'un des plus fortes baisses de l'indice Eurofirst 300.

Tous les indices se sont effondrés jeudi à Wall Street, notamment le Nasdaq composite qui a chuté de 3,10% à 4.054,11, sa plus forte baisse en pourcentage depuis le 9 novembre 2011. Les prises de bénéfice ont une nouvelle fois concerné en particulier les valeurs technologiques et biotechnologiques.

L'onde de choc a ébranlé les marchés asiatiques et les cours se sont effondrés à Tokyo, où l'indice Nikkei a perdu 2,38%.

Comme souvent quand les actions souffrent, les obligations d'Etat se portent bien. Les bons du Trésor américains US10YT=RR ont ainsi atteint leur plus bas rendement depuis fin février à 2,62%.

La Grèce a fait jeudi un retour en fanfare sur le marché obligataire, quatre ans après en avoir été exclue, au moyen d'une émission à cinq ans massivement souscrite de trois milliards d'euros avec un rendement offert à 4,95%.

Dans le sillage de la chute de Wall Street, le dollar a fléchi face au yen, tombant à 101.72 yens pour un dollar. La monnaie américaine était pratiquement stable face à l'euro, autour d'1,3897 dollar.

Sur le front du pétrole, le Brent était en légère baisse, sous le coup de la perspective d'une hausse de l'offre en provenance de la Libye.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant