Les Bourses européennes en nette baisse à la mi-séance

le
1

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont nettement orientées à la baisse à la mi-séance dans un climat toujours morose de ralentissement économique mondial.

Les places boursières européennes ont néanmoins effacé une petite partie de leurs pertes à mi-séance. À Paris, le CAC 40 cède 1,22% à 3.414,76 points vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax recule de 1,32%. Le FTSE londonien résiste un peu mieux (-0,74%). L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 est en baisse de 1,24%.

Si les chiffres étonamment bons de l'emploi aux Etats-Unis avaient redonné un coup de fouet aux marchés vendredi, l'élan n'a pas résisté à un regain d'inquiétudes pour la conjoncture économique mondiale.

L'OCDE a ainsi revu à la baisse ses prévisions de croissance pour les grandes économies.

La Banque mondiale en a fait de même pour la région Asie-Pacifique et la Russie.

Des indicateurs relativement positifs, comme l'amélioration du moral des investisseurs dans la zone euro, la hausse inattendue des exportations et le recul moins marqué que prévu de la production industrielle en Allemagne ou la reprise du secteur des services chinois, n'ont pas permis d'inverser la tendance.

Le début prochain d'une saison des résultats qui s'annonce peu réjouissante pour les entreprises et les incertitudes entourant une éventuelle demande d'aide de l'Espagne, théâtre dimanche de nouvelles manifestations contre la politique d'austérité de Mariano Rajoy, pèsent également sur les marchés.

Les valeurs automobiles et les produits de base signent les plus fortes baisses sectorielles, particulièrement sensibles aux préoccupations pour la croissance. Les banques et les assurances ne sont pas beaucoup mieux loties.

Aux valeurs encore, BAE Systems (-1,04%) et EADS (-0,89%) sont dans l'expectative après les objections au projet de fusion émises par le principal actionnaire de BAE, Invesco Perpetual.

Sur le marché des changes, l'euro creuse encore ses pertes par rapport au billet vert à 1,2950 dollar. La monnaie unique est fragilisée alors que les ministres des Finances européens doivent officiellement lancer ce lundi le nouveau fonds de sauvetage permanent de la zone euro, le Mécanisme européen de stabilité (MES), doté de 500 milliards d'euros.

Cette réunion ministérielle se ressent aussi sur un marché obligataire peu actif, où les futures sur Bunds allemands rebondissent d'une quarantaine de "ticks" après en avoir perdu le double vendredi.

En attendant la décision de Madrid sur un éventuel plan de sauvetage, le rendement des obligations souveraines espagnoles à dix ans se détend légèrement à 5,67%.

Les cours du pétrole sont en net repli. Le Brent de mer du Nord et le brut léger américain abandonnent plus d'un dollar et demi par rapport à la clôture de vendredi, à 111,10 dollars et 88,50 dollars le baril respectivement.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9566237 le lundi 8 oct 2012 à 14:18

    Angela ne voit pas la nécessité d'un plan d'aide pour le moment, soulignant que les taux espagnols se sont détendus depuis l'annonce de l'OMT.