Les Bourses européennes en légère hausse à mi-séance

le
0
HAUSSE TIMIDE DES BOURSES EUROPÉENNES À MI-SÉANCE
HAUSSE TIMIDE DES BOURSES EUROPÉENNES À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restent légèrement orientées à la hausse lundi à mi-séance dans le sillage de la place de Francfort qui est elle-même portée par l'accélération de l'activité manufacturière en avril en Allemagne.

Les volumes devraient rester limités tout au long de la journée en raison de la fermeture des marchés britanniques pour cause de jour férié.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,26% (11,63 points) à 4.440,59 points vers 10h00 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,68%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,09% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,11%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street stable ou en légère hausse après le repli hebdomadaire enregistré la semaine dernière.

L'étude mensuelle effectuée par l'institut Markit auprès des directeurs d'achat (PMI) montre que l'activité manufacturière a accéléré en avril en Allemagne, en raison d'une progression de la demande aussi bien intérieure qu'extérieure.

"Le marché actions en Allemagne réagit positivement au rapport sur l'activité manufacturière. C'est une agréable surprise mais je continue de penser que nous ne sommes pas au bout de nos peines", nuance Koen De Leus, économiste chez KBC à Bruxelles.

Contre la tendance, les banques italiennes entraînent le secteur bancaire dans le rouge (-0,55%) après la déception suscitée chez les investisseurs par les mesures du gouvernement de Matteo Renzi pour accélérer le recouvrement des créances impayées.

UniCredit, en baisse de 3,38%, affiche le plus fort recul de l'EuroStoxx 50.

Le groupe chimique allemand BASF baisse de 3,02% après avoir détaché son dividende.

Sur le marché des changes, le dollar faiblit encore, au-dessus de 1,1480 pour un euro, dans la continuité de la semaine dernière après les chiffres de la croissance aux Etats-Unis et le peu d'empressement manifesté par la Réserve fédérale pour relever à nouveau ses taux.

Les cours du pétrole se replient, sous les 47 dollars le baril pour le Brent de la mer du Nord, par rapport à leurs plus hauts de 2016 touchés vendredi à l'issue d'un mois d'avril particulièrement faste avec un bond d'environ 20%.

Avec la baisse du dollar, l'or poursuit en revanche sa progression et tutoie les 1.300 dollars l'once, à des plus hauts depuis janvier 2015, après avoir pris plus de 5% la semaine dernière.

(avec Atul Prakash à Londres, Valentina Za et Danilo Masoni à Milan; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant