Les Bourses européennes en légère hausse à la mi-séance

le
0

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes se maintiennent en légère hausse jeudi à mi-séance, occupées par une série de résultats de sociétés, avant la réunion de la Banque centrale européenne qui devrait fournir des détails sur son plan de rachats d'actifs.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,57% à 4.947,31 points vers 12h25, prolongeant son rebond de la veille et aidée aussi par l'euro qui reste à des plus bas de plus de 11 ans. À Francfort, le Dax prend 0,50% et à Londres le FTSE avance de 0,29%, alourdi par les valeurs minières dans le sillage des matières premières. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro s'adjuge 0,52% et le FTSEurofirst 300 0,45%.

A l'issue de sa réunion de politique monétaire qui se tient à Nicosie, la BCE doit fournir certains détails -mais pas tous- de son programme de rachat de plus de 1.000 milliards d'euros d'obligations qui démarre ce mois-ci.

La banque centrale devrait aussi relever ses prévisions de croissance après une récente série d'indicateurs meilleurs que prévu, tout en abaissant ses projections d'inflation pour prendre en compte la chute des cours du pétrole, ce qui tendra à conforter son plan de rachats de 60 milliards d'euros d'obligations par mois, y compris de la dette souveraine, pour relancer l'inflation.

Les valeurs européennes ont connu leur meilleure performance historique de début d'année, avec un gain de 14% de l'indice EuroFirst sur les deux premiers mois, dans la perspective de ce programme d'assouplissement quantitatif (QE).

La Banque d'Angleterre tient aussi sa réunion de politique monétaire, qui s'est une nouvelle fois conclue par l'annonce d'un statu quo sur les taux.

Aux valeurs, Airbus s'adjuge 2,65%, plus forte hausse du CAC 40, alors que l'euro se traite à des plus bas depuis septembre 2003 face au dollar.

Carrefour prend 2,46% après des résultats annuels en forte hausse, confirmant la poursuite de son redressement entamé il y a deux ans et demi sous la houlette de son PDG Georges Plassat.

Gemalto perd 2,85%, plus forte baisse du CAC 40, après un bénéfice d'exploitation annuel en hausse de 10% et meilleur que prévu et la confirmation de son objectif pour 2017.

La société de gestion d'actifs britannique Schroders prend 2,25% à Londres, à son plus haut niveau historique, après avoir annoncé une progression plus forte que prévu de son bénéfice, ses flux nets de fonds ayant plus que triplé et le montant de ses actifs sous gestion ayant atteint un niveau record.

Environ 80% des valeurs de l'indice Stoxx Europe 600 ont publié à ce jour, affichant une hausse de 22% moyenne de leurs résultats du quatrième trimestre, selon les données de Thomson Reuters Starmine, ce qui fait de cette saison la meilleure que l'Europe ait connue depuis mi-2011.

"Ce sont des résultats encourageants. Les entreprises se sont fortement restructurées, ce qui favorise l'effet de levier opérationnel. Il suffit désormais d'une légère augmentation du chiffre d'affaires pour que les résultats progressent fortement" dit Joffrey Ouafqa, gérant chez Auris Gestion Privée.

Sur le plan macroéconomique en Europe, les commandes à l'industrie allemande ont baissé plus que prévu en janvier, accusant leur plus forte baisse depuis août dernier, ce qui jette une ombre sur le bon début d'année que semblait jusque là avoir connu la première économie d'Europe.

(Avec Alexandre Boksenbaum-Granier et Blaise Robinson, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant