Les Bourses européennes en légère hausse à l'ouverture

le
1
LÉGÈRE HAUSSE À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LÉGÈRE HAUSSE À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en légère hausse jeudi, gagnant du terrain pour la quatrième séance d'affilée, dans des marchés encouragés par l'annonce d'une croissance du secteur manufacturier chinois en novembre pour la première fois en 13 mois.

À Paris, l'indice CAC 40 progresse de 0,33% à 3.488,87 points vers 9h35. À Francfort, le Dax prend 0,66% et, à Londres, le FTSE gagne 0,42%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 0,41%, avec les cycliques, dopées par la Chine.

La veille, les Etats-Unis avaient eux aussi annoncé une augmentation de l'activité manufacturière en novembre à son rythme le plus élevé depuis cinq mois.

"Il y a eu beaucoup d'inquiétudes concernant la croissance mondiale. Dans ce contexte, toute amélioration des donnés chinoises est bien accueillie, d'autant que l'aversion au risque reste élevée et se reflète dans les niveaux de valorisation", commente Robert Parkes, stratège actions chez HSBC Securities. "Cela met également en lumière le fait qu'un portefeuille purement défensif peut représenter un risque à ce stade de l'évolution de la situation."

Les marchés européens progressent depuis le début de la semaine, dans l'espoir d'un compromis aux Etats-Unis sur le budget pour éviter l'entrée en vigueur de hausses d'impôts et de réductions de dépenses publiques au début 2013.

Renault (+2,2%) affiche la plus forte hausse du CAC après avoir annoncé son projet d'augmenter sa production en Espagne et d'y créer 1.300 nouveaux emplois.

SABMiller s'adjuge 4,6%. Le deuxième brasseur mondial a publié un bénéfice semestriel en hausse de 12%, les marchés émergents ayant compensé l'Europe.

Veolia prend 1,5%, l'une des plus fortes hausses du CAC 40, après avoir annoncé avant-Bourse la poursuite de ses cessions d'actifs d'ici la fin de l'année ou au tout début de 2013 afin de parvenir à un montant de désendettement de 350 millions d'euros.

Les volumes de transactions devraient rester limités tout au long de la séance, avec la fermeture de Wall Street pour Thanksgiving et la perspective d'une séance écourtée vendredi.

L'euro reste ferme face au dollar, après des déclarations d'Angela Merkel la veille laissant entendre qu'un accord sur le déblocage d'une nouvelle aide à Athènes est en vue.

Les futures sur Bund se stabilisent après leurs récentes baisses dans la perspective d'un compromis permettant aux créanciers de la Grèce de débloquer la deuxième tranche d'aide.

Le sentiment des investisseurs vis-à-vis de la zone euro pourra être évalué par les émissions d'obligations souveraines 2015, 2017 et 2021 par le Trésor espagnol.

Les intervenants sont aussi attentifs aux indicateurs d'activité en Europe publiés jeudi, ainsi qu'à l'évolution de la situation au Moyen-Orient.

Selon l'enquête mensuelle de Markit, l'activité s'est contractée pour le neuvième mois consécutif en novembre dans le secteur privé français, à un rythme cependant moins rapide que le mois précédent, accentuant les risques de contraction de l'économie française au quatrième trimestre 2012.

En Allemagne, la baisse de l'activité dans le secteur privé s'est poursuivie pour le septième mois consécutif en novembre et, dans les services, elle a atteint son rythme le plus prononcé depuis trois ans et demi.

Sur le marché pétrolier, le Brent se stabilise sous la barre 111 dollars le baril malgré les statistiques chinoises, la hausse des cours étant limitée par l'annonce d'un cessez-le-feu entre le Hamas et Israël.

Une trêve est entrée en vigueur mercredi soir entre Israël et les Palestiniens de la bande de Gaza après huit jours de bombardements et de tirs de roquettes qui ont fait 162 morts côté palestinien et cinq côté israélien.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lelis le jeudi 22 nov 2012 à 10:22

    De mauvais chiffres européens aujourd'hui, mais un bon chiffre chinois : et on voudrait nous faire croire que les indices montent à cause de lui ?!? On n'en finira donc jamais de nous prendre pour des cloches ?