Les Bourses européennes en légère hausse à l'ouverture

le
0
Les Bourses européennes en légère hausse à l'ouverture
Les Bourses européennes en légère hausse à l'ouverture

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en hausse modérée mardi, les investisseurs se disant qu'il pourrait ressortir quelque chose de la conférence téléphonique entre les ministres des Finances et des banquiers centraux des pays du G7 prévue dans la journée.

Aux yeux des intervenants du marché, l'organisation impromptue de cette conférence illustre le fait que les dirigeants du G7 ont pris conscience qu'il fallait agir d'urgence pour résorber la crise de la dette de la zone euro, dont l'aggravation fait peser une lourde menace sur l'économie mondiale.

À Paris, le CAC 40 avançait de 0,44% (+12,87 points) à 2.967,36 points. À Francfort, le Dax prenait 0,03% et l'indice paneuropéen Eurostoxx 50 avançait 0,17%. Comme lundi, la Bourse de Londres est fermée pour cause de jubilé de la reine.

Après leur creux touché en fin de semaine dernière, les marchés boursiers sont également portés par un mouvement d'achats à bon compte.

Sur le marché des changes, l'euro a atteint un plus haut d'une semaine face au dollar, grâce aux espoirs suscités par la conférence téléphonique des pays du G7, avant de repasser sous la barre de 1,25 dollars après avoir touché un plus bas de deux ans de 1,2288 dollar vendredi.

"Si rien ne sort du G7, alors l'euro pourrait repartir à la baisse", a toutefois noté un courtier.

En ce qui concerne les obligations, les futures sur Bunds allemands, valeurs refuge par excellence en Europe qui ont accumulé les records la semaine dernière, sont en légère baisse dans les premiers échanges dans l'anticipation d'éventuels résultats du G7.

Les cours du pétrole poursuivent quant à eux le rebond entamé lundi, portés par le recul du dollar et les espoirs de voir les dirigeants du G7 prendre de nouvelles mesures pour juguler la crise de la dette de la zone euro.

Mais les intervenants sur le marché pétrolier estiment que ce dernier reste fragile, soumis aux incertitudes européennes et aux aléas de la conjoncture.

Peter Voser, directeur général de Shell estime d'ailleurs que les cours de l'or noir vont poursuivre leur baisse au second semestre en raison d'un ralentissement de la demande.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant