Les Bourses européennes en légère baisse à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN LÉGÈRE BAISSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN LÉGÈRE BAISSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes étaient toujours en territoire légèrement négatif mardi à mi-séance, la bonne tenue des valeurs pétrolières dans la foulée de la remontée des cours du brut ne parvenant pas complètement à compenser le recul du compartiment automobile dans le sillage de Volkswagen et celui d'un secteur bancaire plombé par les baisses de Standard Chartered et d'UBS.

Wall Street, qui avait terminé en hausse de quelque 1% à la faveur du bon accueil réservé à une statistique manufacturière et à certains résultats d'entreprise, est indiqué en léger repli à l'ouverture selon les premières estimations disponibles.

À Paris, le CAC 40 perd 0,02% (-1,08 point) à 4.915,13 points vers 11h35 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,31% et, à Londres, le FTSE abandonne 0,14%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 cède 0,05% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,02%.

Alors qu'ils étaient en repli en début de séance, toujours sous le coup des inquiétudes concernant une situation de surabondance de l'offre, les cours du pétrole affichent un gain de quelque 0,8%, peut-être portés par une information de l'agence de presse publique saoudienne SPA disant que le secrétaire à l'Energie américain Ernest Moniz et le ministre du Pétrole saoudien Ali al-Naimi se sont rencontrés à Ryad pour évoquer les marchés énergétiques mondiaux.

Ce rebond de l'or noir intervient malgré une poussée du dollar face à un panier de devises internationales. Ailleurs sur le marché des changes, le dollar australien avance de quelque 0,5% face au billet vert après le statu quo monétaire de la Banque de Réserve d'Australie.

L'indice regroupant les valeurs automobiles européennes (-1,21%) affiche la plus forte baisse sectorielle dans la foulée des reculs de 3% des actions Volkswagen et Porsche au lendemain de l'annonce par les autorités américaines de l'élargissement à des modèles haut de gamme de leur enquête sur la fraude du constructeur aux tests anti-pollution.

Après avoir progressé dans les premiers échanges à la suite de la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes, le titre BMW cède plus de 1% après que le numéro un mondial des voitures haut de gamme a dit qu'une hausse saisonnière de ses coûts pèseraient sur son bénéfice des trois derniers mois de l'année.

Le secteur bancaire (-0,60%) tire également la cote vers le bas, avec d'un côté un titre UBS qui cède 4,6% et de l'autre une action Standard Chartered qui chute de plus de 9%.

La banque suisse a repoussé de 2016 à 2018 son objectif d'une rentabilité des fonds propres tangibles (ROTE) ajustée supérieure à 15% pour tenir compte d'un environnement difficile.

StanChart a de son côté annoncé son intention d'augmenter son capital de 5,1 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros) et de supprimer 15.000 emplois dans le cadre d'un plan stratégique destiné à restaurer sa profitabilité.

Du côté des hausses, l'indice regroupant les valeurs pétrolières gagne plus de 1%, avec notamment une hausse du même ordre du titre Royal Dutch Shell après le géant anglo-néerlandais a revu en hausse les synergies attendues du projet de rachat de BG et a annoncé de nouvelles mesures de réduction des coûts.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant