Les Bourses européennes en légère baisse à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN LÉGER REPLI À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN LÉGER REPLI À LA MI-SÉANCE

LONDRES/PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en léger repli mardi à mi-séance et Wall Street est attendue sans grand changement, les marchés actions calant après les plus hauts récents.

À Paris, le CAC 40 perd 0,49% (22,15 points) à 4.475,71 points vers 10h20 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,66% et à Londres, le FTSE limite son repli à 0,32% grâce à la bonne tenue des valeurs minières. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,48% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,75%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse d'environ 0,2%.

L'indice mondial MSCI, qui regroupe près de 50 marchés, est pratiquement inchangé après avoir touché en début de journée un nouveau plus haut d'un an.

En Europe, la tendance souffre de prises de bénéfices après les plus hauts de sept semaines touchés lundi. Parmi les baisses les plus marquantes du jour, le spécialiste suisse des ascenseurs Schindler abandonne 5,4% après avoir revu en baisse le haut de sa fourchette de prévisions de croissance du chiffre d'affaires annuel.

A la hausse, le géant minier BHP Billiton prend 3,55% après ses résultats annuels, un peu moins dégradés que prévu. Dans son sillage, le sidérurgiste ArcelorMittal s'adjuge 3,76%, la plus forte hausse du CAC. Le titre profite aussi du relèvement de la perspective de Moody's sur sa note, de négative à stable.

Le secteur des ressources de base affiche d'ailleurs la meilleure performance sectorielle avec un gain de 2,18%, devant l'énergie (+0,8%).

Dans l'actualité des fusions-acquisitions, le spécialiste allemand des gaz industriels Linde bondit de 7% après les informations sur l'ouverture de discussions avec l'américain Praxair.

Sur le marché des changes, le dollar abandonne près de 0,8% face à un panier de devises de référence. Aux indicateurs économiques décevants publiés récemment aux Etats-Unis sont venus s'ajouter les propos de John Williams, le président de la Réserve fédérale de San Francisco, soulignant les risques liés au maintien de taux d'intérêt très bas.

La livre sterling, elle, remonte face au billet vert et à l'euro, profitant des derniers chiffres de l'inflation en Grande-Bretagne, légèrement supérieurs aux attentes.

Les cours du pétrole, soutenus par la faiblesse du dollar, gagnent environ 0,4% et restent proches de leurs plus hauts niveaux depuis cinq semaines, autour de 45,75 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) et 48,50 pour le Brent.

(Dhara Ranasinghe et Alistair Smouth; Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant