Les Bourses européennes en légère baisse à l'ouverture

le
0
LÉGER REPLI À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LÉGER REPLI À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en légère baisse après une demi-heure de transactions mardi, le message de la veille de Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale, étant considéré comme peu lisible tandis que le produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne a ralenti davantage que prévu en 2012.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,07% (-2,73 points) à 3.705,52 points vers 08h30 GMT. À Francfort, le Dax perdait 0,18% et à Londres, le FTSE 0,09%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 reculait de 0,25%.

S'exprimant après la clôture de Wall Street lundi, Ben Bernanke s'est montré prudemment optimiste pour l'économie américaine, sans pour autant donner d'indication de la date à laquelle la Fed commencera à mettre un terme à son programme de rachat d'actifs obligataires.

La croissance allemande n'a été que de 0,7% en 2012, contre un niveau attendu de +0,8% et un PIB 2011 de 3,0%, la crise de la dette de la zone euro ayant fini par peser sur la première puissance économique de la région. Sur le seul quatrième trimestre, l'économie s'est contractée de 0,5% selon une première estimation.

Dans les premiers échanges à la Bourse de Paris, EDF affiche la plus forte hausse (+2,16%) après un article du Figaro disant que l'électricien prévoit de réaliser à l'horizon 2015 un plan d'économies d'un milliard d'euros visant en particulier les systèmes d'informations ainsi que l'ensemble de ses fournisseurs.

L'action de son concurrent GDF Suez cède 0,45% après avoir annoncé la cession de 24,5% du slovaque SPP pour 1,3 milliard de dollars. Le titre E.ON, qui a fait état de la même opération, recule de 0,67% à Francfort.

H&M enregistre la deuxième plus forte hausse de l'indice FTSEurofirst 300 (+3,54%) après avoir publié des ventes pour le mois de décembre en recul moins marqué que ce qui avait été anticipé.

La plus forte progression est signée par le titre Burberry, qui bondit de plus de 6% après que le groupe de luxe britannique a dit avoir réalisé au cours du troisième trimestre 2012-2013, qui inclut la cruciale période des fêtes de fin d'année, un chiffre d'affaires supérieur aux attentes.

La compagnie aérienne allemande Lufthansa accuse l'une des plus fortes baisses du début de matinée (-2,34%à 14,315 euros) à la suite de rumeurs d'un placement de titres à 14,43 euros par action.

Sur le marché des changes, après être tombée à un nouveau plus bas de deux ans et demi face au dollar, la monnaie japonaise a rebondi suite aux propos du ministre des Finances du pays Akira Amari disant qu'un yen trop faible pouvait nuire au pays ayant déclenché un rebond de la devise.

De son côté, le dollar a pâti des déclarations de Ben Bernanke disant que tout tour de vis monétaire aux Etats-Unis était prématuré.

La perspective de voir la Fed maintenir une politique monétaire très accommodante sur une durée peut-être plus longue que ce que certains avaient prévu favorise les obligations souveraines américaines et allemandes dans les premiers échanges, les deux évoluant souvent de pair.

Ben Bernanke a également exhorté le Congrès à relever le plafond d'endettement des Etats-Unis pour parer à tout risque de défaut, estimant en outre que les passes d'armes politiques sur le déficit étaient préjudiciables à la situation économique.

Dans ce contexte d'incertitudes persistantes budgétaires aux Etats-Unis, premier consommateur mondial de pétrole, les cours du pétrole s'inscrivaient en légère baisse. Les anticipations d'une hausse des stocks hebdomadaires de brut pèsent également sur le marché.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant