Les Bourses européennes en léger recul dans les premiers échanges

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN LÉGER RECUL
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN LÉGER RECUL

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluaient en légère baisse en début de matinée jeudi, dans un contexte d'attentisme avant les réunions de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE) et de la Banque centrale européenne (BCE) et les chiffres de l'emploi pour le mois décembre aux Etats-Unis vendredi.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,36% (-15,25 points) à 4.245,71 points vers 09h40. À Francfort, le Dax reculait de 0,32% et à Londres, le FTSE perdait 0,18%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonnait 0,31% et le FTSEurofirst 300 0,29%.

"Les courtiers attendent de voir quels vents de face les banques centrales vont faire souffler sur les marchés actions", explique Capital Spreads dans une note à ses clients.

"Ceux qui parient sur la hausse à court terme des Bourses espèrent que Mario Draghi (le président de la BCE) fera passer un message d'assouplissement pour apaiser les craintes de déflation tandis que des espoirs se forment de voir Mark Carney (gouverneur de la BoE) prendre une nouvelle fois les investisseurs par surprise dans l'espoir de faire reculer les anticipations de hausse des taux."

La BCE annoncera sa décision de politique monétaire à 13h45, au lendemain de données en termes de prix à la consommation montrant une nouvelle décélération de l'inflation qui, à 0,8% en décembre, est loin de l'objectif de la BCE d'une hausse des prix légèrement en deçà de 2%. Le communiqué de la Banque d'Angleterre est attendu à 12h00 GMT.

Les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, donnée clef sur laquelle la Fed cale son action, pourraient donner une idée du calendrier de la prochaine diminution du programme d'assouplissement quantitatif de la banque centrale américaine, déjà revu à la baisse une première fois à la fin de 2013.

"Une accélération du rythme de créations d'emplois serait une bonne nouvelle pour l'économie américaine mais pourrait mettre la Fed dans l'embarras. Si les créations mensuelles d'emplois continuent à dépasser significativement la barre des 200.000, cela pourrait vouloir dire que l'actuelle diminution du "QE3" n'est pas suffisante", a estimé Koen de Leus, économiste chez KBC.

Du côté des valeurs, les titres Morrison Supermarkets (-5,6%) et Tesco (-3,4%) reculent après l'annonce d'une baisse de leurs ventes pendant le trimestre incluant la période clé des fêtes de fin d'année.

L'indice regroupant les valeurs européennes de la distribution (-1,13%) accuse la plus forte baisse sectorielle dans les premiers échanges. A l'autre bout du spectre, celui regroupant les valeurs pétrolières (+0,12%) enregistre l'une des rares hausses grâce notamment au bond de plus de 13% du titre TGS Nopec Geophysical.

Le groupe norvégien spécialisé dans l'exploration sismique a fait état de ventes 2013 supérieures à ses propres attentes et dit attendre à une nouvelle hausse en 2014. Dans la foulée de l'action TGS, l'action du français CGG prenait 2%.

Face au billet vert, l'euro se reprend quelque peu, s'éloignant d'un point bas d'un mois, mais la monnaie unique devrait rester sous pression en raison de la tenue de la réunion de la BCE. La devise pourrait repartir à la baisse si l'institut d'émission pointe du doigt les risques liés à la désinflation.

Les cours du Brent gagnent un peu de terrain, à nouveau portés par les craintes de perturbations de l'offre en raison des tensions au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Sur le marché obligataire, les contrats sur Bunds allemands étaient inchangés malgré le léger repli des Bourses.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant