Les Bourses européennes en léger recul à la mi-journée

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les marchés boursiers européens souffraient vendredi à la mi-séance suite à la publication d'une série de résultats jugés décevants, contrairement aux marchés obligataires, qui avaient le vent en poupe après les indications en faveur de mesures de stimulation monétaire données par la Banque centrale européenne.

Paris, Londres et Francfort étaient orientées à la baisse dans le sillage de résultats trimestriels inférieurs aux attentes pour plusieurs entreprises majeures, notamment ArcelorMittal et Telefonica.

À Paris, le CAC 40 perdait 0,57% à 4481,62 points vers 12h15. Même tendance à Francfort et Londres, le Dax allemand et le FTSE britannique cédant respectivement 0,35 et 0,31%. Les indices européens étaient également orientés à la baisse avec -0,59% pour l'EuroStoxx 50 et -0,33% pour l'Eurofirst 300.

A Paris, ArcelorMittal perdait 2,48, la deuxième plus forte baisse du CAC, après avoir abaissé sa prévision de la demande mondiale en acier, invoquant un ralentissement économique plus marqué que prévu en Chine et un déclin en Russie.

La plus forte baisse du CAC était pour l'action Vallourec, qui plongeait de 4,42%, plombée, selon des traders, par une note de Morgan Stanley jugeant les attentes du marché trop élevées pour le producteur de tubes sans soudure en acier.

Contre la tendance, Alcatel prenait autour de 3%, la plus forte hausse du CAC, après l'annonce de ses résultats trimestriels. Le groupe est pourtant retombé dans le rouge au premier trimestre avec une perte nette part du groupe de 73 millions d'euros, sous le coup des charges de restructuration et de la signature de contrats à marge moins élevée en Chine.

A Madrid, l'opérateur espagnol Telefonica, leader européen par le chiffre d'affaires, cédait plus de 3% après avoir annoncé des résultats inférieurs aux attentes en raison d'une chute des ses ventes en Europe, d'effets de change négatifs sur l'Amérique latine et de la cession l'an dernier de sa filiale tchèque.

Comme souvent, l'humeur du marché obligataire était contraire à celle des marchés d'action, notamment pour les obligations d'Etat des pays de la périphérie de la zone euro.

Les rendements des obligations d'Etat italiennes et espagnoles à 10 ans ont touché des plus bas historiques, à 2,901% et 2,87% respectivement, dans la foulée des propos du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, n'écartant pas le recours imminent à des mesures d'assouplissement monétaire..

Le marché obligataire a réagi favorablement en outre à la décision de Standard & Poor's de relever de négative à stable la perspective sur la note souveraine du Portugal, qui reste inchangée à BB.

Dans ce contexte, l'euro, dont le niveau élevé inquiète la BCE et pénalise les pays de la zone euro à l'exportation, a cédé un peu de terrain face à la monnaie américaine, autour de 1,3815 dollar.

Sur le front du pétrole, le Brent est remonté au-dessus de 108 dollars le baril sur fond de tensions en Ukraine.

(Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • spanouc le vendredi 9 mai 2014 à 13:43

    Bein et l'Ukraine alors ?! Mince y a plus de menace ! Faut vite trouver autre chose ! Y a pas une tite guerre menaçant le monde quelque part ? Météorite en approche ? Un nuage de sauterelles ! Un volcan ? C'est pas marrant sans menace !