Les Bourses européennes en léger recul à la mi-journée

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES SE REPLIENT LÉGÈREMENT À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES SE REPLIENT LÉGÈREMENT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Hormis Francfort, les principales Bourses européennes évoluaient en légère baisse mercredi vers à mi-séance, sous le coup à la fois d'indicateurs suggérant un nouveau ralentissement de l'activité manufacturière en Europe et de plusieurs avertissements sur résultats.

À Paris, le CAC 40 cède 0,35% (-15,47 points) à 4.400,87 points vers 12h35. À Francfort, le Dax avance de 0,19% et à Londres, le FTSE perd 0,38%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonne 0,04%.

Les investisseurs digèrent les résultats définitifs des enquêtes Markit menées auprès des directeurs d'achat du secteur manufacturier en Europe, surtout marqués par la première contraction en quinze mois de ce secteur en Allemagne.

A cela s'ajoutent les révisions à la baisse des prévisions du fabricant de câbles français Nexans et du distributeur britannique Sainsbury. Le titre du premier plonge de 8,57% à Paris et celui du second de 4,8% à Londres, entraînant dans son sillage les autres acteurs britanniques du secteur, tels que Tesco (-3,6%) et Morrison Supermarkets (-6,00%).

L'indice regroupant les valeurs européennes de la distribution (-1,16%) accuse d'ailleurs la plus forte baisse sectorielle. La plus forte hausse est à mettre à l'actif du compartiment bancaire, notamment porté par les établissements grecs: Bank of Piraeus (+4,48%), Alpha Bank (+4,23%) ou encore National Bank of Greece (+3,02%).

Les actions des banques grecques sont soutenues par une information du Financial Times selon laquelle Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, souhaite que cette dernière achète des titres souverains grecs et chypriotes notés en catégorie spéculative ("junk"). Cet article du quotidien britannique fait par ailleurs baisser les rendements des obligations souveraines grecques.

Le repli des marchés actions profite aux valeurs jugées sûres, telles les Bunds allemands, le yen, le franc suisse ou encore le dollar.

Les cours du brut résistent pour une fois au renchérissement de la devise américaine. Les intervenants du marché pétrolier ont fait un bon accueil à la publication de l'indice PMI manufacturier officiel chinois légèrement supérieur aux attentes.

(Avec la contribution de Blaise Robinson, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le mercredi 1 oct 2014 à 12:58

    Les banksters sont revenus....