Les Bourses européennes en hausse à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes affichent une hausse de l'ordre de 3% vendredi, les investisseurs estimant que le fort courant vendeur de cette semaine, alimenté par le scandale de Volkswagen, est allé trop loin.

Le dollar, à ses plus hauts depuis le mois d'août au lendemain d'un discours de la présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen évoquant un probable relèvement des taux avant la fin de l'année, soutient également la tendance.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 3,37% à 4.493,57 points vers 10h50 GMT. À Francfort, le Dax s'adjuge 2,68% et le FTSE à Londres 2,53%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 prend 3,03% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 3,05%. Toutefois, l'EuroFirst 300 et le CAC 40 restent en retrait d'un peu plus de 1% sur l'ensemble de la semaine.

"Les choses ont un peu dégénéré en Europe, à voir comment les investisseurs se sont débarrassé de leurs actions (...) Ils ne peuvent pas refuser de racheter", dit Markus Huber, trader chez Peregrine & Black.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 1,3 à 1,7%.

Le rebond en Europe est généralisé, profitant à tous les secteurs, ainsi qu'à toutes les valeurs du Stoxx 50 et du CAC 40.

Volkswagen fait exception, avec un recul de 0,6% après avoir débuté la séance en hausse et perdu environ deux tiers de sa valeur lundi et mardi. Le conseil de surveillance doit nommer Matthias Müller, le patron de Porsche, à la tête du groupe, avec pour mission de sortir celui-ci du scandale de la fraude aux tests anti-pollution qui continue de s'étendre.

Daimler et BMW, qui ont assuré qu'ils n'étaient pas concernés par ces manipulations, s'adjugent 3,3% et 5,6% respectivement.

En revanche, le groupe minier britannique Glencore (-0,7%) poursuit son repli après avoir touché un plus bas historique de 98,27 pence la veille.

De même, Zodiac (7%) accuse l'une des rares baisses de l'indice SBF 120 après qu'American Airlines a dit être à la recherche d'un autre équipementier pour lui fournir certains sièges que le groupe français n'a pas été en mesure de livrer à la date voulue.

Les investisseurs attendent aux Etats-Unis cet après-midi le PIB définitif du deuxième trimestre, ainsi que l'indice PMI Markit de l'activité des services et l'indice de confiance du Michigan pour le mois de septembre.

(Lionel Laurent, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant