Les Bourses européennes en hausse à la mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restent orientées en hausse à mi-séance toujours soutenues par des achats à bon compte après des plus bas de trois semaines touchés la veille, alors que des files d'attente se sont formées devant les succursales des banques chypriotes qui ont rouvert leurs portes.

Nicosie a imposé une série de mesures drastiques visant à prévenir la fuite des capitaux, suspendant notamment l'encaissement des chèques aux guichets et limitant à 300 euros par jour les retraits en liquide par carte de crédit.

À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,6% à 3.734,06 points vers 12h GMT. À Francfort, le Dax prend 0,56% et à Londres, le FTSE gagne 0,91%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 0,82%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,1% à 0,25%.

"Le marché va observer le sort peu enviable de la multitude d'individus qui vont faire la queue pour retirer les petites sommes d'argent auxquelles ils ont droit pour survivre à Chypre", souligne Chris Weston, responsable de la stratégie de marchés chez IG Markets.

"On ne peut que s'interroger sur les implications à long terme pour cette minuscule économie. Cela ne peut pas être bon et on va revivre tout cela avec la Slovénie, étant donné ses sept milliards d'euros de prêts à risque - environ 20% du PIB - inscrits dans son bilan."

La bonne résistance du marché allemand du travail, qui s'est confirmée en mars en dépit d'une hausse inattendue du nombre de demandeurs d'emploi, a également soutenu la tendance. La stabilité du taux de chômage, à 6,9%, devrait soutenir la demande interne et le pouvoir d'achat à l'approche des négociations salariales annuelles.

Aux valeurs, Crédit agricole, qui avait récemment sous-performé, poursuit son rebond de la veille avec un gain de 3,25%, plus forte hausse du CAC 40.

L'indice bancaire (+1,1%) figure parmi les plus fortes hausses sectorielles et la banque italienne Unicredit reprend 3,1%, plus forte hausse de l'EuroStoxx 50.

A Francfort en revanche, Daimler perd 1,23%, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, au lendemain de l'annonce d'un bénéfice exceptionnel de 1,34 milliard d'euros liés à la revalorisation de sa part de 7,5% dans EADS (-1,26%) à la suite de sa perte d'influence entérinée la veille sur le groupe aéronautique et de défense européen.

Les futures sur Bund allemand poursuivent leur hausse, avec un rendement du Bund allemand qui est tombé à son plus bas niveau en huit mois, à 1,256% dans la matinée, tandis que le rendement du 10 ans italien reste tendu, à 4,77% face à l'impasse politique en Italie.

Le risque que les déposants dans d'autres pays de la zone euro prennent peur en voyant les longues queues aux guichets des banques chypriotes et commencent à retirer leurs propres économies de leurs comptes en banque favorise les valeurs refuges comme le Bund allemand, même si les analystes estiment généralement que la panique ne devrait pas traverser les frontières.

L'euro se traite au-dessus de 1,28 dollar, en légère hausse sur son plus bas de quatre mois touché la veille à 1,2750 dans un climat d'inquiétude sur la stabilité financière en zone euro.

Le yen est reparti à la baisse, autour de 94,30 pour un dollar, en attendant de nouvelles mesures de soutien à la croissance de la Banque du Japon lors de sa première réunion la semaine prochaine depuis la nomination de son gouverneur Haruhiko Kuroda.

Le baril de Brent se maintient près des 110 dollars. Les intervenants continuent de parier sur une accélération de la reprise aux Etats-Unis, premier consommateur de pétrole dans le monde, mais la situation à Chypre et l'instabilité politique en Italie pèsent sur la tendance.

Outre Chypre, l'après-midi sera marquée par l'estimation finale du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis pour le quatrième trimestre qui, selon les économistes, devrait être révisé en hausse, à +0,5%, contre +0,1% en deuxième estimation et -0,1% en première. Les inscriptions hebdomadaires au chômage et l'indice PMI de Chicago seront également surveillés.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9566237 le jeudi 28 mar 2013 à 14:04

    On vivait mieux avant l'Europe !