Les Bourses européennes en hausse à la mi-séance

le
0

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en nette progression mercredi à mi-séance et Wall Street est attendue en hausse, les investisseurs saluant la ratification allemande du Mécanisme européen de Stabilité (MES), condition essentielle aux efforts pour juguler la crise de la dette en zone euro et notamment au programme de rachat d'obligations de la Banque centrale européenne (BCE).

La Cour de Karlsruhe a donné son feu vert au MES à condition que l'engagement de l'Allemagne soit limité a priori à 190 milliards d'euros, comme prévu par le traité.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,62% à 3.559,25 points vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,8% et Londres est stable, tandis que Madrid gagne 0,9% et Milan 1,2%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 avance de 0,81%.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,39% à 0,56%.

"Ce sont de bonnes nouvelles. La crainte était qu'ils disent 'nein', ce qui signifie que la risque d'une baisse de 20% que nous aurions pu avoir sur les marchés est désormais levé", dit Gerard Lane, stratège actions chez Shore Capital, qui juge la condition posée "pas trop lourde".

La décision allemande a également été saluée par les dirigeants politiques européens, qui y voient un pas décisif vers une stabilisation de la zone euro.

Les valeurs financières et cycliques mènent la hausse, soutenues de surcroît par l'espoir que la Réserve fédérale américaine annonce un troisième assouplissement quantitatif (QE3), jeudi soir à l'issue de sa réunion de politique monétaire qui débute ce mercredi.

Le secteur du luxe en revanche figure encore une fois parmi les plus fortes baisses de la cote, affecté par l'avertissement de Burberry lancé mardi.

Sur le marché des changes, l'euro se traite à de nouveaux plus hauts de quatre mois depuis la décision allemande, à 1,2920 dollar, alors que le dollar est plombé par l'espoir d'un QE3 et un avertissement de Moody's sur la note de la dette américaine.

Les taux de rendement des obligations à 10 ans espagnoles et italiennes accentuent leur baisse à, respectivement, 5,64% et 5,08%, dans un marché rassuré sur les rachats de la BCE.

Le contrat décembre sur Bund allemand, valeur refuge en période d'aversion au risque, a touché en revanche un plus bas depuis juillet de 139,24 et recule de 91 ticks à 139,47.

Le coût d'emprunt à un an de l'Italie est tombé à son niveau le plus bas depuis mars lors de son adjudication de bons du Trésor, tandis qu'une adjudication de papier allemand a suscité moins de demande qu'auparavant, à la suite de la décision de Karlsruhe.

Les investisseurs seront également attentifs aux élections législatives aux Pays-Bas ce mercredi, qui devraient conforter les grands partis europhiles et dissiper les craintes de voir les mouvements populistes ou radicaux tirer parti de la crise.

Le Premier ministre Mariano Rajoy a par ailleurs annoncé que l'Espagne continuait d'étudier les conditions qui seraient attachées à un plan d'aide européen après l'annonce la semaine dernière d'un programme de rachat de dette par la BCE mais les meilleures conditions de marché pourraient l'en dispenser.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant