Les Bourses européennes en baisse modérée après l'annonce de S&P

le
0
LA BOURSE DE PARIS EN LÉGÈRE BAISSE APRÈS LA DÉCISION DE S&P
LA BOURSE DE PARIS EN LÉGÈRE BAISSE APRÈS LA DÉCISION DE S&P

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert baisse modérée vendredi, la place de Paris reculant à peine plus que les autres, ce qui semble suggérer que la décision de Standard & Poor's de déclasser la note de la France n'a pas d'impact trop important sur les marchés financiers.

L'euro accuse un léger recul face au dollar (-0,1%) mais évolue à nouveau au-dessus de 1,34 dollar après être passé sous cette barre juste après l'annonce de S&P.

Sur le marché obligataire, le rendement des obligations souveraines françaises à 10 ans, après une hausse de plus de 2,5 points de base en tout début de séance, était quasiment stable à 2,178%, une évolution guère différente des rendements des obligations émises par les autres pays du coeur de la zone euro.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,78% (-33,29 points) à 4.247,54 points vers 09h30. À Francfort, le Dax reculait de 0,61% et à Londres, le FTSE 0,48%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonnait 0,59%.

"La décision de S&P témoigne des incertitudes concernant la croissance française et le sentiment que la politique du gouvernement est mal adaptée (...) Je ne crois pas qu'il y aura un impact dramatique sur la dette francaise à court terme car S&P n'est pas alarmiste et l''outlook' est stable. Il s'agit plutôt d'ajustements", a estimé Philippe Waechter, chargé de la recherche économique chez Natixis Asset Management.

Standard & Poor's a abaissé vendredi d'un cran la note souveraine de la France à AA contre AA+, jugeant que les réformes engagées par le gouvernement n'améliorent pas substantiellement le potentiel de croissance à moyen terme, ce qui limite sa capacité à consolider le redressement des finances publiques.

Au-delà de la décision de S&P, les intervenants de marché sont surtout dans l'attente des chiffres de l'emploi du mois d'octobre aux Etats-Unis.

Après un produit intérieur brut (PIB) ressorti à un niveau meilleur que prévu, ils redoutant que des créations d'emploi nettement supérieures aux attentes - le consensus est de 125.000 - n'incitent la Réserve fédérale américaine à précipiter le dénouement de son programme de soutien à l'économie.

Tous les indices sectoriels sont dans le rouge en début de matinée, les baisses les plus marquées étant accusées par les compartiments des services financiers (-1,29%), de l'automobile (-1,10%) et de celui regroupant les valeurs liées à la construction (-1,1%).

Contre la tendance, l'action IAG, maison mère de British Airways et d'Iberia, avançait de plus de 3%, affichant l'une des plus fortes hausses de l'indice Euro Stoxx 600 après que le groupe a annoncé des résultats nettement supérieurs aux attentes.

Finmeccanica et Puma reculent de respectivement 6,5% et 2,6% après que les deux sociétés ont lancé un avertissement sur leurs résultats, jeudi soir pour le groupe d'aéronautique et de défense italien, avant l'ouverture de la Bourse pour l'équipementier sportif allemand, filiale de Kering.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant