Les Bourses européennes en baisse dans les premiers échanges

le
0

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont débuté en baisse mercredi, prolongeant la tendance constatée depuis le début de la semaine face au blocage des négociations sur le budget et le plafond de la dette aux Etats-Unis. Mais la prochaine nomination de Janet Yellen, une "colombe", à la tête de la Réserve fédérale américaine limite les pertes.

Barack Obama doit annoncer ce mercredi la nomination de Janet Yellen à la présidence de la Réserve fédérale. La numéro deux de la Fed depuis 2010 défend une politique accommodante de soutien à la croissance.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,25% à 4.123,19 points vers 9h20. À Francfort, le Dax cède 0,1% et à Londres, le FTSE recule de 0,37%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 (-0,04%) est quasiment stable, alourdi par le secteur de la construction qui cède 1,13%.

"La nomination de Yellen est une bonne chose pour les marchés. Elle est l'un des principaux partisans d'une politique monétaire souple et les marchés seront assurés de changements minimes de politique monétaire tant que les Etats-Unis resteront en sous-emploi", note Koen De Leus, économiste chez KBC à Bruxelles.

"Toutefois, les marchés sont chaque jour un peu plus nerveux. Plus l'incertitude sur le relèvement du plafond de la dette et la fermeture des services fédéraux se prolonge et plus l'économie en souffrira", ajoute-t-il.

A Washington, évoquant un cataclysme financier et une grave crise économique, Barack Obama s'est adressé mardi directement aux Américains pour les mettre en garde contre les conséquences concrètes d'un défaut de paiement pour eux mais aussi pour l'avenir de leur pays.

Mais après une clôture en net recul à Wall Street, l'annonce après-Bourse du choix de Janet Yellen, qui devrait prolonger la politique monétaire de Ben Bernanke, a fait monter les futures sur indices dans la nuit.

La publication à 18h00 GMT des minutes de la réunion de la Fed des 17 et 18 septembre, au cours de laquelle la banque centrale américaine a surpris les marchés en ne touchant pas à son programme de rachats d'actifs, devrait également avoir un impact important sur la tendance à Wall Street.

Aux valeurs en Europe, Alcatel-Lucent recule encore de 5,6%, plus forte baisse du Stoxx 600, après des réserves émises par le pouvoir sur son plan de restructuration. François Hollande et son gouvernement ont appelé mardi et mercredi la direction du groupe à revoir à la baisse l'ampleur des suppressions d'emplois prévues en France.

De même, Saint-Gobain perd 2,8% alors que Morgan Stanley a abaissé sa recommandation à "sous-performance" contre "performance en ligne".

Le dollar a limité ses pertes en vue de la nomination de Janet Yellen, tout en restant près de ses plus bas de huit mois face à un panier de devises de référence. La devise américaine reprend 0,45% à 97,35 yens, cette nomination rassurante pour les marchés favorisant les actifs à risque.

Sur le marché de la dette, Madrid, Rome et plusieurs grandes entreprises espagnoles cherchent à profiter de conditions favorables sur fond de reprise économique en Europe et de regain d'appétit pour le risque.

Sur le front du pétrole, le Brent recule légèrement autour des 110 dollars le baril en l'absence d'avancées dans les négociations a Washington.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant