Les Bourses européennes en baisse à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN BAISSE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN BAISSE À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes et le dollar sont orientés en baisse mardi à mi-séance, tandis que Wall Street s'annonce sur une note stable et que les cours du pétrole se stabilisent ou rebondissent un peu, sachant qu'il faudra du temps pour que l'accord sur le nucléaire iranien ait un impact sur l'offre en pétrole.

Le mouvement de consolidation boursière est encouragé en Europe par les avertissements de Rémy Cointreau et Hugo Boss.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,22% à 4.292,74 points vers 11h55 GMT. À Francfort, le Dax est stable, se maintenant près de ses records historiques, tandis qu'à Londres, le FTSE se replie de 0,45%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 cède 0,1%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street quasiment inchangée dans des marchés à des niveaux record.

Rémy Cointreau chute de près de 12%, plus forte baisse du SBF120 et du Stoxx 600. Le groupe de spiritueux a averti que son résultat opérationnel courant devrait accuser une baisse à deux chiffres sur son exercice décalé avec le ralentissement de la demande chinoise.

Affecté lui aussi par une demande décevante en Chine, le groupe allemand de prêt-à-porter Hugo Boss perd 2,7% après avoir annoncé qu'il n'atteindrait pas son objectif opérationnel en 2015.

Ces avertissements pèsent sur certaines valeurs du luxe et de l'alimentation, notamment à Paris avec notamment des reculs de 2,9% pour Pernod Ricard, 1,65% pour Danone et 1% pour LVMH.

"Les valorisations européennes commencent à être un peu tendues si on se base sur le fait que les perspectives de résultats ne se sont pas entièrement retournées (...) Les ratios de valorisation boursière sont en hausse avec des prévisions de résultats qui stagnent pour le moment, ce qui n'est pas très sain", note Peter Garnry, responsable de la stratégie chez Saxo Bank.

A contrario, Repsol gagne 4,4% après l'accord provisoire conclu entre le groupe pétrolier espagnol et l'Argentine prévoyant un dédommagement en contrepartie de la saisie par Buenos Aires de sa participation de 51% dans le capital du pétrolier local YPF en 2012.

Sur le front des devises, le dollar a abandonné une partie de ses gains par rapport au yen et se traite autour de 101,40 après avoir atteint lundi un plus haut de six mois, à 101,95 yens. L'euro reprend des couleurs, à près de 1,3550 dollar, après son recul de lundi en réaction à des commentaires de responsables de la Banque centrale européenne (BCE) en faveur de mesures accommodantes. Face au yen, la devise européenne se stabilise près d'un plus haut de quatre ans.

Le baril de Brent se maintient près des 111 dollars après l'accord préliminaire sur le programme nucléaire iranien, les intervenants jugeant que cet accord historique n'aura pas d'impact immédiat sur l'offre de pétrole.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant