Les Bourses européennes en baisse à la mi-séance

le
0
Les Bourses européennes en baisse à la mi-séance
Les Bourses européennes en baisse à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont revenues sur une note incertaine à mi-séance, tandis que Wall Street est attendue peu changée à l'ouverture, les investisseurs hésitant sur la lecture d'une adjudication de dette espagnole perçue comme un test de l'appétit des investisseurs pour le risque.

Sur fond de craintes d'une résurgence de la crise de la dette dans la zone euro, l'Espagne a placé dans la matinée pour 2,5 milliards d'euros de dette souveraine, soit autant qu'escompté, mais au prix de coûts d'emprunt à dix ans en hausse, signe que le pays doit encore rassurer les investisseurs sur sa capacité à juguler son déficit budgétaire.

Des traders évoquent en outre une rumeur d'un possible abaissement de la note souveraine de la France. Le 16 avril, Moody's a dit ne pas avoir "de raison particulière" d'agir ou de communiquer sur la note française le 12 mai.

L'après-midi sera rythmé par une série d'indicateurs américains, notamment les inscriptions hebdomadaires au chômage (12h30 GMT) et les indicateurs avancées (14h00 GMT). Bank America et Morgan Stanley ont publié leurs résultats trimestriels.

À Paris, vers 13h30 le CAC 40 recule de 0,34% (10,89 points) à 3.229,40 points. À Francfort, le Dax cède 0,60% et à Londres, le FTSE avance de 0,34%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 recule de 0,67%. L'indice IBEX de la Bourse espagnole se replie de 1,17%.

A Wall Street, les futures sur indices progressent de 0,1% à 0,3%, signalant un léger rebond de Wall Street à l'ouverture après le repli de la veille.

Aux valeurs en Europe, CAIXABANK perd plus de 3%. La banque espagnole, qui a dû passer de lourdes provisions sur des actifs immobiliers douteux pour se conformer aux nouvelles exigences nationales en matière de fonds propres, accuse une chute de 84% de son bénéfice net au premier trimestre.

NOKIA cède 2,1% après avoir fait état d'une perte légèrement plus marquée que prévu au premier trimestre et annoncé de nouvelles et réductions de coûts substantielles.

REPSOL perd 2%. Le projet de loi de nationalisation de sa filiale pétrolière YPF a été adopté mercredi en commission au Sénat argentin, ce qui devrait permettre le vote du texte en séance plénière la semaine prochaine.

PUBLICIS a annoncé jeudi s'attendre à une accélération de sa croissance au second semestre à la faveur du dynamisme des marchés à forte croissance, des Etats-Unis et du numérique. Le titre perd 4%, plus forte baisse du CAC 40.

L'euro est tombé sous le seuil de 1,31 dollar, à son plus bas de la séance à 1,3070 dollar, alors que les investisseurs continuent de douter de la viabilité de l'endettement de l'Espagne. Les cambistes citent un seuil de soutien à 1,30 dollar.

Les futures sur Bunds ont atteint un nouveau record sur fond de rumeurs - non vérifiées à ce stade - d'un possible abaissement de la note souveraine de la France.

Le rendement des obligations espagnoles à dix ans se montre hésitant après l'adjudication de Madrid. Vers 11h40 GMT, il se tendait à 5,92% contre 5,79% auparavant.

Le Trésor espagnol a adjugé 1,12 milliard d'euros de dette à deux ans et 1,42 milliard d'euros de dette à dix ans à des ratios de couverture en hausse, respectivement à 3,3 et 2,4 contre 2,0 et 2,2 lors de précédentes adjudications de ce type. Le rendement du papier à deux ans est ressorti en baisse, à 3,463% contre 3,495% lors d'une adjudication en octobre, et celui du dix ans en hausse, à 5,743% contre 5,403% en janvier.

La France a émis jeudi avec succès 7,97 milliards d'euros d'obligations de maturité moyenne (BTAN), soit une montant très proche de son objectif maximum (8,0 mds d'euros), à quatre jours du premier tour de l'élection présidentielle.

Les cours du Brent se maintiennent au-dessus de 118 dollars le baril mais ceux du brut léger américain sont repassés sous 103 dollars le baril, les investisseurs jouant la prudence après l'annonce mercredi d'une hausse plus forte que prévu des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis.

Natalie Huet pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant