Les Bourses européennes en baisse à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPEENNES RECULENT À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPEENNES RECULENT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont en baisse à mi-séance jeudi, tandis que Wall Street est attendue en petite hausse, dans un contexte dominé par les débats budgétaires aux Etats-Unis, où l'administration démocrate du président Barack Obama et les parlementaires républicains ont du mal à trouver un accord global.

À Paris, le CAC 40 perd 0,50%, soit 21,13 points, à 4.174,22 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,32% et à Londres, le FTSE abandonne 0,20%, tandis que l'indice paneuropéen EuroStoxx 50 recule de 0,51%.

En Italie, où le président Giorgio Napolitano a fait part de ses inquiétudes face aux menaces du Peuple de la liberté (PRL, droite) de Silvio Berlusconi de quitter le gouvernement, l'indice de la Bourse de Milan fléchit de 1,74%.

Parmi les sujets de préoccupation dans la zone euro figure une nouvelle baisse des prêts aux ménages et aux entreprises en août, ce qui atteste de la fragilité de la reprise et des difficultés que la Banque centrale européenne (BCE) rencontre face à l'un de ses principaux problèmes.

Certaines valeurs se distinguent toutefois, telle Alcatel, qui gagne 5,8% à 2,68 euros, des sources ayant rapporté que le finlandais Nokia, qui perd de son côté 0,16 % à 4,888 euros, discutait en interne de la possibilité de solliciter le groupe franco-américain en vue d'une alliance.

A Stockholm, l'action H&M prend 6,59% à 281,30 couronnes, après la publication d'un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes grâce au succès de ses collections d'été.

Parmi les baisses notables, Intesa Sanpaolo perd 3,72%, à la suite de rumeurs sur un désaccord au sein de sa direction sur l'opportunité de participer au sauvetage de sa concurrente Monte dei Paschi, dont le titre perd 0,43%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en petite hausse avec un gain de 0,16% du Dow Jones et une progression de 0,10% du Standard & Poor's, car la majorité des investisseurs croient à une résolution au dernier moment de la question budgétaire aux Etats-Unis.

Le camp républicain, majoritaire à la Chambre des représentants, et la Maison blanche sont confrontés à un double désaccord, qui porte d'un côté sur les conditions permettant d'éviter la fermeture de la plupart des administrations fédérales lorsque leurs budgets seront épuisés à la fin du mois, et de l'autre sur le relèvement du plafond d'endettement de l'Etat fédéral, actuellement fixé à 16.700 milliards de dollars.

Les inquiétudes sur la zone euro affaiblissent un peu la monnaie unique face au yen et au dollar, tandis que les futures sur le Bund allemand regagnent un peu de terrain.

Les cours des barils de Brent et de brut américain remontent légèrement, car des investisseurs cherchent à tirer bon compte de la nette baisse des cours observée depuis plusieurs jours, baisse motivée par l'ouverture diplomatique manifestée par le président iranien Hassan Rohani et par une hausse de la production en Irak et en Libye.

Julien Dury pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant