Les Bourses européennes en baisse à la clôture

le
0
LES BOURSES EUROPEENNES FINISSENT EN BAISSE
LES BOURSES EUROPEENNES FINISSENT EN BAISSE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé vendredi en repli, affectées par un recul des cours du pétrole, l'inquiétude des investisseurs à l'approche de l'élection présidentielle américaine de mardi et des résultats d'entreprise mitigés.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,78% (34,22 points) à 4.377,46 points. Le Footsie britannique a abandonné 1,43% et le Dax allemand 0,65%. L'indice EuroStoxx 50 a perdu 0,64%, le FTSEurofirst 300 0,75% et le Stoxx 600 0,83%.

Sur la semaine, le CAC 40 a perdu 3,76%.

A l'heure de la clôture en Europe, les marchés américains sont dans le vert après avoir ouvert sans grand changement à la suite de la publication des chiffres de l'emploi en octobre.

Le nombre de créations d'emplois non-agricoles aux Etats-Unis en octobre est resté à un niveau élevé (161.000) et les salaires ont progressé, ce qui renforce encore la probabilité d'une hausse des taux d'intérêt de la part de la Réserve fédérale le mois prochain.

La remontée du candidat républicain Donald Trump dans les sondages face à son adversaire démocrate Hillary Clinton, favorite des marchés, continue cependant de préoccuper les investisseurs.

En Europe, du point de vue sectoriel, tous les indices du Stoxx 600 ont terminé dans le rouge, le secteur de l'assurance affichant le repli le plus marqué (-1,74%).

Celui de la santé (-1,21%) est notamment affecté par la décision de deux élus du Congrès américain qui ont demandé une enquête des autorités antitrust pour établir si les laboratoires Eli Lilly, Merck et leurs concurrents européens Sanofi (-1,01%) et Novo Nordisk (-3,17%) ont pu s'entendre sur les prix de l'insuline.

Les résultats mitigés des entreprises alimentent également la nervosité des marchés.

JCDecaux a accusé par exemple la plus forte baisse du Stoxx 600. L'action du numéro un mondial de la communication extérieure a chuté de près de 10%, sa prévision de ventes en fin d'année ayant décu les investisseurs.

Contre la tendance, le secteur du luxe s'est distingué dans le sillage de Richemont (+5,15%), plus forte hausse du FTSEurofirst 300, et de L'Oréal (2,17%), plus forte progression du CAC 40 et de l'EuroStoxx 50.

A Paris, le titre Ubisoft (+8,56%) a enregistré la plus forte hausse du SBF 120 et du Stoxx 600 à la faveur du relèvement de son objectif annuel de résultat opérationnel.

Sur le marché pétrolier, les cours du brut, reculent encore, de près de 2%, se dirigeant vers une sixième séance consécutive en territoire négatif. Les investisseurs sont sceptiques quant à une réduction de la production de l'Opep alors que des sources font état d'une montée des tensions entre Ryad et Téhéran.

(Avec Saqib Iqbal Ahmed; Claude Chendjou pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant