Les Bourses européennes débutent sur une note stable

le
0
STABILITÉ OU LÉGÈRE HAUSSE À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
STABILITÉ OU LÉGÈRE HAUSSE À L'OUVERTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont débuté sur une note stable ou en légère hausse mercredi, marquant une pause après leur rebond de la veille, dans des marché focalisés sur quelques résultats mitigés de poids lourds de la cote et les tensions politiques dans les pays du Sud de l'Europe.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,04% à 3.693,18 points vers 8h45 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,1% et à Londres, le FTSE prend 0,36%.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 est inchangé. L'indice paneuropéen perd du terrain depuis son plus haut de 18 mois à 2.651,21 points atteint il y a une semaine.

En Espagne, un scandale de corruption éclabousse le président du gouvernement Mariano Rajoy tandis qu'en Italie, l'ex-président du Conseil Silvio Berlusconi effectue une spectaculaire remontée dans les sondages face à ses adversaires du centre gauche à l'approche des élections législatives des 24 et 25 février, profitant du scandale de la banque Monte Paschi.

"Bien que les marchés européens aient été embarqués dans le mouvement vers les actifs à risque, les fondations de la zone euro restent fragiles et soumises au risque de chocs violents", dit Jonathan Sudaria, trader chez Capital Spreads dans une note.

"Les incertitudes politiques en Espagne et en Italie sont probablement un rappel qui tombe à point nommé que de tels risque doivent encore être intégrés dans les cours", ajoute-t-il.

Sur le front des valeurs, Arcelormittal gagne 2,7% après avoir annoncé qu'il anticipait une amélioration de la situation en 2013, après une année 2012 noire.

L'opérateur mobile belge Mobistar, dont France Télécom (-0,7%) détient 52,9% du capital, perd en revanche 2,2% après avoir annoncé une baisse de son dividende pour augmenter ses investissements dans des réseaux mobiles plus rapides.

L'indice des télécoms perd 0,5%, plus forte baisse sectorielle en Europe.

Vinci abandonne 2% après avoir annoncé des prévisions prudentes, le groupe envisageant une stagnation de son chiffre d'affaires en 2013.

Sur le marché obligataire, les futures sur Bunds reprennent un peu de terrain dans l'attente d'une forte demande lors de l'adjudication allemande de titres souverains à cinq ans, qui devrait profiter de la récente hausse des taux allemands et des incertitudes en Italie et en Espagne. Les rendements à 10 ans italien et espagnol se retendent, à 4,48% et 5,4%, à la veille d'une triple adjudication espagnole, considérée comme le véritable test pour savoir si le scandale de corruption qui affecte le parti au pouvoir peut avoir des effets durables.

Le yen s'est légèrement repris sur son plus bas de 33 mois touché ce matin, à plus de 94 pour un dollar et 127,69 pour un euro, mais reste dopé par l'annonce que le gouverneur de la Banque du Japon quittera ses fonctions avec trois semaines d'avance.

L'euro de son côté rebondit sur ses plus bas touchés ce matin, juste autour de 1,3540 dollar à la veille de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne. Les investisseurs estiment que l'appel de François Hollande pour que l'Europe se fixe un objectif à moyen terme pour le niveau de la devise européenne aura peu d'impact, dans la mesure où cette idée ne bénéficie pas du soutien de l'Allemagne.

Le Brent est bien orienté, au-dessus des 116,50 dollars, profitant des bons indicateurs européens et américains qui confortent le sentiment d'une reprise de la croissance mondiale.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant