Les Bourses européennes débutent sur une note hésitante

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DÉBUTENT SUR UNE NOTE HÉSITANTE
LES BOURSES EUROPÉENNES DÉBUTENT SUR UNE NOTE HÉSITANTE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes débutent sur une note hésitante vendredi, marquant une pause après leurs gains de la veille, dans des marchés rendus prudents par des déclarations qui se suivent, mais qui ne se ressemblent pas, concernant l'avancée des négociations budgétaires américaines.

Après avoir dit mercredi qu'il avait bon espoir de parvenir à un accord avec la Maison Blanche d'ici la fin de l'année pour éviter le "mur budgétaire", John Boehner, le président républicain de la Chambre des représentants, a déclaré jeudi qu'il n'y avait pas eu progrès significatifs dans les négociations.

"Je dirais que les deux parties ont intérêt à éviter le mur (...) mais le fait est que l'on va avoir, selon les moments, des nouvelles positives et négatives, ce qui va créer un environnement relativement volatil", estime Philippe Gijsels, responsable de la recherche chez BNP Paribas Fortis Global Markets à Bruxelles. "Si on règle ce problème, je pense que nous aurons quelques très bons mois pour les marchés", ajoute-t-il.

Le "mur budgétaire" - des coupes budgétaires et hausses d'impôts automatiques début 2013 si démocrates et républicains n'arrivent pas à s'entendre sur le budget - est le plus gros risque en cette fin d'année, depuis l'accord signé en début de semaine débloquant l'aide à la Grèce.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne de 0,1% à 3.572,56 points vers 08h40 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,18% et à Londres, le FTSE est inchangé. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 est stable (+0,01%) % et l'Eurofirst, qui avait fini jeudi à son plus haut niveau depuis juillet 2011, cède 0,04%.

Les valeurs cycliques figurent parmi les hausses les plus notables en Europe, avec un gain de 0,49% pour l'automobile et de 0,26% pour la construction.

Schneider gagne 2,55%, plus forte hausse du CAC 40, à la suite d'un relèvement de recommandation de HSBC, qui est passée à l'achat sur la valeur.

Les investisseurs seront également attentifs à une série de statistiques, notamment le taux de chômage dans la zone euro ce matin, puis la consommation des ménages aux Etats-Unis.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a déclaré avant l'ouverture des marchés européens que la zone euro, bien que n'étant pas sortie de la crise, devrait entamer une reprise de la croissance au second semestre 2013.

En France, la consommation des ménages a reculé de 0,2% en volume en octobre par rapport au mois précédent après être restée stable en septembre (+0,1% en première estimation), selon les données publiées vendredi par l'Insee.

L'euro reste bien orienté, au-dessus de 1,30 dollar, après l'accord sur l'aide à la Grèce qui a entraîné une baisse des rendements des dettes de l'Espagne et de l'Italie.

Les futures sur Bund allemands consolident après une semaine de turbulence.

Le Bundestag doit approuver ce matin le plan pour la Grèce, un vote qui permettra à la chancelière Angela Merkel de mesurer son autorité auprès de sa coalition de centre droit à dix mois des élections législatives.

Le baril de Brent se stabilise autour de 110,68 dollars, après ses gains de la veille dans l'optimisme sur les négociations budgétaires américaines et avec les tensions au Proche-Orient.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant