Les Bourses européennes dans le vert à mi-séance, sauf Francfort

le
0
LA BOURSE DE PARIS EN LÉGÈRE HAUSSE À MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS EN LÉGÈRE HAUSSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont effacé une partie de leurs gains mais restent, hormis Francfort, dans le vert jeudi à la mi-séance, soutenues par la prudence dont a fait preuve la Réserve fédérale dans son calendrier de remontée des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

De son côté, Wall Street, qui avait gagné plus de 1% mercredi à la suite des propos de la Fed, est attendue sur une note irrégulière tandis que l'indice dollar se reprend après sa forte baisse de la veille.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,15% (+7,35 points) à 5.040,63 points vers 12h45. À Francfort, le Dax perd 0,11% mais, à Londres, le FTSE avance de 0,12%; l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progresse de 0,38% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,2%.

Au terme de sa réunion de politique monétaire, la Réserve fédérale a, sans surprise, supprimé de son communiqué la référence à une attitude "patiente" pour ce qui est du choix du moment auquel elle entamera la remontée des taux.

Mais elle a aussi revu en baisse ses prévisions du niveau des taux d'intérêt pour les prochaines années et ses prévisions économiques pour les Etats-Unis.

Désormais, les traders sont une majorité (58%) à prévoir une première hausse de taux en octobre, la proportion de ceux attendant un relèvement dès septembre ayant chuté mercredi de 61% à 38% selon CME FedWatch.

Sur le marché des changes, l'euro reculait fortement par rapport au dollar (-1,6%), effaçant une bonne partie de ses gains de la veille tandis que le franc suisse et le couronne norvégienne progressaient nettement face à la monnaie unique après un statu quo monétaire annoncé en Suisse et en Norvège.

A l'instar de l'euro, le pétrole efface également une partie des gains accumulés mercredi dans la foulée du repli du dollar, la réalité d'une situation marquée par une offre excessive face à une demande atone reprenant le dessus.

Après avoir fortement augmenté mercredi après la Fed, les prix des emprunts du Trésor américain sont en repli infime.

Du côté des valeurs individuelles, le titre Pirelli (+2,98%) affiche l'une des plus fortes hausses de l'indice Stoxx 600 à la suite d'un article du Corriere della Sera disant que Marco Tronchetti Povera, président du fabricant de pneus italien, projette une réorganisation du groupe qui passerait par l'association à un partenaire asiatique, une offre de rachat avec effet de levier et un retrait de la cote.

A l'inverse, l'action Next perdait près de 4% après que la chaîne de prêt-à-porter britannique a revu à la baisse sa prévision de chiffre d'affaires 2015-2016, prenant acte de quelques faiblesses dans les collections de l'année.

L'indice regroupant les valeurs bancaires grecques perdait 2,6% alors que va se tenir à Bruxelles un sommet au cours duquel les dirigeants européens vont vraisemblablement dire à la Grèce qu'ils sont désormais à court de patience et que le temps est compté pour la mise en oeuvre par le gouvernement d'Alexis Tsipras de réformes capables d'éviter une faillite financière de son pays.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant