Les Bourses européennes dans le vert à la mi-séance

le
0
LA BOURSE DE PARIS EN HAUSSE À LA MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS EN HAUSSE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent dans le vert lundi à la mi-séance malgré des indicateurs publiés ce week-end qui confirment le ralentissement de la croissance chinoise.

Si les marchés paraissent bien résister à ces nouveaux chiffres inquiétants venus de Chine, ils n'en sont pas moins fébriles dans l'attente de la décision monétaire, jeudi, de la Réserve fédérale.

L'approche de cette décision explique pourquoi Wall Street ouvrira certainement sur un mode prudent, les futures sur indices new-yorkais pariant sur un Dow Jones proche de l'équilibre dans les premiers échanges.

À Paris, l'indice CAC 40 prend 6,96 points (0,15%) à 4.555,68 points vers 12h00. À Francfort, le DAX gagne 0,14% et à Londres, le FTSE avance de 0,71%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro et le FTSEurofirst 300 gagnent respectivement 0,19% et 0,26%.

La production industrielle et l'investissement ont augmenté moins qu'attendu en Chine au mois d'août, ce qui conforte les anticipations de ralentissement de la deuxième économie mondiale.

Habitués à ces signaux, les marchés financiers veulent surtout savoir si la banque centrale américaine décidera ou non de relever ses taux d'intérêt. Les signes de reprise de l'économie américaine plaident en faveur d'un resserrement mais les remous provoqués par la panne de la croissance chinoise pourraient inciter la Fed à la prudence.

En mode de correction depuis plusieurs semaines, Wall Street risque de ne pas réagir beaucoup à la décision de la Fed même si la banque centrale relève ses taux directeurs pour la première fois depuis 2006.

Les marchés asiatiques, eux, restent nerveux. Les indicateurs du week-end ont ainsi entraîné lundi un nouveau recul très net de la Bourse de Shanghai, qui a perdu 2,67%.

Aux valeurs à Paris, Alcatel-Lucent prend autour de 2%, la plus forte hausse du CAC 40, après que Nokia a annoncé avoir obtenu l'accord du Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) à son projet de rachat de l'équipementier télécoms.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant