Les Bourses européennes dans le rouge dans les premiers échanges

le
0
REPLI DES BOURSES EUROPÉENNES EN OUVERTURE
REPLI DES BOURSES EUROPÉENNES EN OUVERTURE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes cèdent du terrain lundi dans les premiers échanges, marquant une pause après deux semaines de hausse prononcée et avant les décisions de politique monétaire, attendues cette semaine, de la Réserve fédérale américaine et de la Banque du Japon.

À Paris, l'indice CAC 40 cède 0,63% à 4.540,84 points vers 07h30 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,7% et à Londres, le FTSE recule de 0,47%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,64% et le FTSEurofirst 300 0,51%.

L'FTSEurofirst 300 a enregistré la semaine dernière un gain de 1,6% après un bond de 3,54% la semaine précédente. Cette séquence haussière, qui ramène sa perte depuis le début de l'année à quelque 4,5%, fait suite à quatre replis hebdomadaires de suite.

La cote est surtout tirée vers le bas par l'indice regroupant les valeurs européennes liées aux matières européennes (-2,75%) et l'indice pétrolier (-1,34%), qui semblent pâtir, à l'image des cours du pétrole ou du cuivre, d'un mouvement de correction après leurs bonnes performances des dernières semaines.

Le compartiment automobile (-1,21%) pèse également, une nouvelle fois plombé par le scandale des émissions de voitures équipées de moteurs diesel.

Une enquête menée en Allemagne à la suite du scandale des tests d'émissions de Volkswagen laisse penser que certains véhicules diesel Fiat dégagent des émissions polluantes supérieures aux normes admises s'il roulent au-delà de 22 minutes, écrit le Bild am Sonntag.

Le titre Fiat Chrysler cède 2,7% et l'action Volkswagen perd 2,2%. Herbert Diess, le patron de la marque Volkswagen, a dit qu'il avait bon espoir de résoudre un différend avec les syndicats portant sur les réductions de coûts, laissant entendre qu'il était disposé à accéder à certaines exigences du personnel.

EDF perd 5,96% à Paris, la plus forte baisse de l'indice paneuropéen Stoxx 600, après que l'électricien français a annoncé vendredi après la clôture une série de mesures pour renforcer sa structure financière, dont une augmentation de capital de quatre milliards d'euros, mais aussi le report de sa décision sur son investissement dans le coûteux projet nucléaire britannique d'Hinkley Point.

Le titre Philips (-4,2%) représente le deuxième repli le plus marqué du Stoxx 600. Avant l'ouverture, le groupe néerlandais a pourtant annoncé un bénéfice opérationnel meilleur que prévu pour le premier trimestre ainsi qu'une probable introduction en Bourse de sa division d'éclairage, mais il a également cité des "vents de face macro-économiques" susceptibles de freiner ses résultats.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant