Les Bourses européennes dans le rouge à mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES TOUJOURS EN REPLI À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES TOUJOURS EN REPLI À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge lundi à mi-séance dans le sillage des propos de la présidente de la Réserve fédérale renforçant la probabilité d'un resserrement monétaire aux Etats-Unis avant la fin de l'année.

Même si Janet Yellen est restée vague dans son intervention de vendredi, ne donnant aucun élément de calendrier, les marchés en ont retiré l'impression que les taux d'intérêt aux Etats-Unis allaient être relevés, peut-être dès le mois de septembre mais plus vraisemblablement en décembre.

Il faudra cependant attendre vendredi et les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis pour le mois d'août pour en savoir plus, ce qui explique pourquoi Wall Street devrait ouvrir proche de l'équilibre, à en croire les futures sur les indices new-yorkais de référence.

En Europe, le CAC 40 parisien perd 42,66 points (0,96%) à 4.399,21 vers 10h15 GMT tandis qu'à Francfort, le Dax cède 0,78%.

La Bourse de Londres est fermée pour cause de jour férié et la séance est plutôt tranquille ailleurs en Europe en l'absence d'indicateur majeur. Les traders commencent à rentrer de vacances en cette fin de mois d'août, le mois le plus calme depuis de le début de l'année en termes de volumes d'échanges.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,82% à la mi-journée et le FTSEurofirst 300 abandonne 0,46%.

Aux valeurs, la vigueur du dollar pénalise le secteur des ressources de base et, à Paris, ArcelorMittal cède plus de 3%, la plus forte baisse d'un CAC 40 entièrement dans le rouge.

Contre la tendance, Alstom prend 2,8% après le contrat de 1,8 milliard d'euros décroché auprès d'Amtrak pour la construction de trains à grande vitesse aux Etats-Unis.

Les signaux venus de la Fed ont par ailleurs pour effet de faire grimper le dollar de 0,3% face au yen. L'euro résiste, autour de 1,1184 dollar (-0,1%)..

Autre conséquence des propos de Janet Yellen, le rendement des Bunds allemands à 10 ans a pris plus de six points de base pour atteindre -0,025%, son plus haut niveau depuis le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne, le 23 juin dernier.

Sur le front du pétrole, les cours baissent d'environ 1,5%, alors que s'amenuise l'espoir d'une initiative des pays producteurs pour stabiliser les prix.

L'annonce d'une augmentation de sa production par l'Irak et la vigueur du dollar pèsent en outre sur les cours. Le baril de Brent s'éloigne des 50 dollars et le brut léger américain repasse sous les 47 dollars.

(Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • PP4512 il y a 3 mois

    il faut arreter avec les pseudo analyses !dans vos colonnes vous expliquez à juste titre que les taux bas pésent lourdement sur la valorisation des valeurs financieres puis vous nous dites que la perspective d'une hausse des taux tire la bourse et les financieres vers le bas ...la realité est que faute de moteurs significatifs la bourse varie au grés des manipulations de trading sans aucun lien avec les fondamentaux macro et micro ! que les PP laissent les traders jouer entre eux