Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

le
0
LA BOURSE DE PARIS EN RECUL À LA MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS EN RECUL À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes évoluent dans le rouge à mi-séance après deux séances de forte hausse, alors que les espoirs d'intervention de la Banque centrale européenne se font désormais sentir sur le marché obligataire, avec une détente sensible des rendements des obligations souveraines espagnoles et italiennes.

A deux jours de la très attendue réunion de politique monétaire de la BCE, jeudi, l'Espagne et l'Italie bénéficient des déclarations de son président Mario Draghi, qui a assuré lundi que les achats par la banque centrale d'obligations souveraines d'une échéance maximale de trois ans n'enfreindraient donc pas le droit communautaire.

En attendant de voir si la BCE ne va pas décevoir les attentes en fournissant des précisions sur son plan de rachat de dette des pays en difficulté, et peut-être en abaissant à nouveau ses taux d'intérêt pour tenter de sortir la zone euro de la récession, les investisseurs ajustent leurs positions après les fortes hausses des deux dernières séances.

"Il y a l'espoir que la BCE détaille son plan d'achat d'obligations à maturité courte et agisse sur les taux d'intérêt, mais ces initiatives ont déjà été plus ou moins valorisées (dans les cours)", souligne Christian Stocker, stratège actions chez UniCredit.

À Paris, le CAC 40 reculait de 0,53% à 3.435,44 points vers 12h30. À Francfort, le Dax cédait 0,30% et à Londres, le FTSE plongeait de 0,80%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 perdait un modeste 0,07%.

Les futures sur indices signalent en revanche une ouverture en légère hausse de Wall Street, qui était restée fermée lundi pour cause de jour férié.

Aux valeurs, seul le secteur des services aux collectivités (+0,43%) reste recherché dans le sillage notamment de Veolia Environnement (+3,43%), après des informations de presse sur un possible rachat partiel de Veolia Transdev par la RATP et la SNCF.

Les valeurs automobiles (-1,47%) subissent en revanche le contrecoup de la baisse des ventes de voitures neuves en Allemagne en août, qui plombe notamment Volkswagen (-2,25%).

Atone ces dernières semaines, le marché obligataire est témoin ce mardi d'une baisse des coûts de financement de la dette des pays "périphériques".

Les taux de rendement des papiers espagnol et italien à deux ans se détendent nettement, à 3,23% et 2,44% respectivement. La tendance bénéficie aussi aux échéances plus longues, puisque les rendements des obligations à dix ans qui étaient reparties à la hausse la semaine dernière retombent à 6,70% et 5,70%.

Même la Grèce profite du mouvement: elle a adjugé mardi pour 1,137 milliard d'euros de bons à six mois avec un taux de rendement de 4,54% contre 4,68% le 7 août.

Sur le marché des changes, l'euro se maintient autour de 1,2600 dollar, la monnaie unique étant soutenue par les espoirs d'éclaircie sur le front de la crise de la zone euro.

Les cours du pétrole sont en nette hausse, le Brent de mer du Nord qui avait débuté la journée à l'équilibre progressant désormais de 0,5% à 116,36 dollars le baril, le brut léger américain gagnant de son côté 0,72% à 97,16 dollars.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant