Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

le
2
HORMIS LONDRES, LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
HORMIS LONDRES, LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont passées dans le rouge mercredi à mi-séance, à l'exception de Londres, jouant au yo-yo depuis l'ouverture, partagées entre l'optimisme sur la croissance mondiale qui les tire vers les actifs à risque et les inquiétudes liées à la montée des tensions politiques en Italie et en Espagne.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,68% à 3.669,36 points vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,29% mais à Londres, le FTSE gagne 0,36%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 recule de 0,76%. Selon les analystes sur graphiques, l'EuroStoxx rencontre une forte résistance à 2.660 points, sa moyenne mobile à 50 jours.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en légère hausse, de 0,1% à 0,3%, soutenue notamment par des résultats meilleurs que prévu de Walt Disney

Les analystes de marché s'attendent à ce que les incertitudes qui pèsent sur l'Italie et l'Espagne continuent à plomber la tendance, même si en tant que classe d'actifs, les actions sont toujours recherchées, ce qui promet une période de volatilité sur les Bourses.

"Les risques systémiques étant mieux encadrés, les corrections devraient être moins violentes et plus courtes qu'en 2011 et en 2012. Nous recommandons de profiter de ces phases de correction pour augmenter le poids des actions dans les portefeuilles", écrit le stratège de Cholet Dupont Vincent Guenzi. "La progression des actions se fera par étapes."

Sur le front des valeurs, Arcelormittal gagne 2,9%, plus forte hausse du CAC 40 et de l'EuroStoxx50, après avoir anticipé une amélioration de la situation en 2013.

Vinci en revanche abandonne 3%, plus forte baisse du CAC 40 et de l'EuroStoxx50, après avoir annoncé une stagnation de son chiffre d'affaires en 2013.

L'opérateur mobile belge Mobistar, dont France Télécom (-1,9%) détient 52,9% du capital, perd en revanche 2% après avoir annoncé une baisse de son dividende pour augmenter ses investissements dans des réseaux mobiles plus rapides.

L'indice des télécoms perd 0,46%, parmi les plus forts reculs sectoriels en Europe, avec la chimie (-0,55%), l'assurance (-0,52%) et les banques (-0,44%).

Les futures sur Bunds ont accentué leurs gains après une adjudication d'obligations souveraines allemandes à cinq ans qui a attiré une demande soutenue.

Les rendements à 10 ans italien et espagnol se stabilisent, à, respectivement, 4,47% et 5,36%, à la veille d'une triple adjudication espagnole, considérée comme un test pour savoir si le scandale de corruption qui affecte le parti au pouvoir peut avoir des effets durables.

Sur le marché des changes, l'euro se replie, autour de 1,3533 dollar à la veille de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne.

Le yen reste faible après avoir touché des plus bas de près de trois ans ce matin, à plus de 94 pour un dollar et 127,69 pour un euro, à la suite de l'annonce que le gouverneur de la Banque du Japon quittera ses fonctions avec trois semaines d'avance.

Sur le front du pétrole, le Brent retombe sous les 116,50 dollars la baril, la hausse étant limitée par l'abondance de l'offre sur le marché mondial, malgré les bons indicateurs européens et américains venus conforter le sentiment d'une reprise de la croissance mondiale.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7210200 le mercredi 6 fév 2013 à 14:16

    je l'a garde en collector celle là:"Les risques systémiques étant mieux encadrés, les corrections devraient être moins violentes et plus courtes qu'en 2011 et en 2012. Nous recommandons de profiter de ces phases de correction pour augmenter le poids des actions dans les portefeuilles", écrit le stratège de Cholet Dupont Vincent Guenzi. "La progression des actions se fera par étapes."

  • M9566237 le mercredi 6 fév 2013 à 13:51

    Monti a sauvé l'Italie. Pas de souci