Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

le
1
RECUL DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-SÉANCE
RECUL DES BOURSES EUROPÉENNES À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes reculaient de près 1% jeudi vers la mi-séance et Wall Street est attendue en légère baisse, les investisseurs digérant toujours la perspective de voir la Réserve fédérale américaine, dont la politique accommodante a été le principal moteur de la bonne tenue des marchés actions ces 18 derniers mois, relever ses taux d'intérêt plus vite que prévu.

À Paris, le CAC 40 perd 0,77% (-33,12 points) à 4.274,94 points vers 11h35 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,78% et à Londres, le FTSE se replie de 1,03%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonne 0,78%.

L'indice retraçant l'évolution des Bourses des pays émergents accuse une baisse encore plus marquée (-1,51%), tout tour de vis monétaire de la Fed étant susceptible de tarir encore davantage l'afflux de liquidités bon marché qui avaient afflué sur ces marchés l'an dernier.

Après avoir atteint mercredi un plus haut de deux semaines face à un panier de devises internationales, le dollar poursuit sa progression (+0,36%), une monnaie étant toujours dopée par la perspective d'un durcissement de la banque centrale dont elle dépend.

En revanche, les emprunts du Trésor et notamment ceux à échéance courte - qui sont les plus sensibles à l'évolution des taux d'intérêt - s'inscrivaient en baisse, entraînant dans leur sillage les Bunds allemands.

Les cours du pétrole, un moment en hausse en début de journée, étaient également dans le rouge, tout celui de l'or.

A l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire mercredi, la Fed a abandonné le critère du taux de chômage comme seuil clé pour juger de la capacité de l'économie à supporter une hausse des taux d'intérêt, en expliquant qu'un tel relèvement dépendrait désormais d'une série d'indicateurs sur l'état de santé de l'économie américaine.

Lors d'une conférence de presse, Janet Yellen, présidente de la Fed, a surpris les marchés en précisant que le relèvement des taux d'intérêt pourrait avoir lieu quelque chose comme six mois après la fin, prévue cet automne, du programme de rachats d'actifs de la Fed. Cela pourrait vouloir dire qu'un premier relèvement des taux est susceptible d'intervenir dès le printemps 2015 alors que le consensus en la matière était plutôt la mi-2015.

Quasiment tous les compartiments économiques sont dans le rouge, l'indice regroupant les valeurs liées au tourisme et au transport aérien accusant la plus forte baisse (-1,32%), suivi de celui liées au luxe et aux biens de consommation courante (+1,23%).

Le secteur de l'assurance (+0,03%) est le seul à se maintenir à flot, grâce à la progression de 2,35% de l'action Axa, plus forte hausse de l'indice Euro Stoxx 50, et du titre Aegon (+3,33%).

Aux yeux des investisseurs, les assureurs profiteront de la remontée des taux aux Etats-Unis, dans le sens où cette évolution est susceptible de garantir les futures marges des groupes.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Nicolas Delame)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le jeudi 20 mar 2014 à 13:22

    Forcément, les robots des banksters sont interconnectés....