Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-journée

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN RECUL À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN RECUL À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes se sont retournées à la baisse vendredi à la mi-séance après la publication de statistiques jugées décevantes concernant le chômage et l'activité manufacturière en Europe.

L'activité manufacturière de la zone euro est restée stable en février, ne se rapprochant pas de la reprise. "Ce qui est inquiétant, c'est la forte divergence des tendances d'évolution de l'industrie manufacturière au sein de la zone euro", souligne Chris Williamson, chef économiste du cabinet Markit.

La Grande-Bretagne, a subi en février une contraction inattendue de l'activité de son secteur manufacturier, faisant craindre que l'industrie pèse sur le produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre.

Autre mauvaise nouvelle, le taux de chômage dans la zone euro a atteint un nouveau record en janvier, à 11,9% de la population active, selon Eurostat. L'Italie bat également des records avec un chômage qui atteint son plus haut niveau en 21 ans, à 11,7% pour le mois janvier.

En plus des statistiques, la perspective du "séquestre" américain, terme qui désigne un gel automatique de 85 milliards de dollars de crédits publics faute d'accord, pèse également sur le moral des investisseurs.

À Paris, le CAC 40 perd 1,18% (41,24 points) à 3.678,06 points vers 12h35. À Francfort, le Dax baisse de 0,83% et à Londres, le FTSE recule de 0,49%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 perd 1,17%.

Le compartiment bancaire (-2,36%) accuse la deuxième plus forte perte à la mi-journée, derrière celui des matières premières (-2,77%) qui pâtit du ralentissement de l'activité manufacturière en Chine.

Le secteur bancaire est notamment plombé par la chute de près de 7% de l'action Lloyds, après que la première banque britannique de détail a annoncé passer une nouvelle provision de 1,5 milliard de livres (1,73 milliard d'euros) pour rembourser des clients auxquels elle avait vendu de manière indue des assurances contre les impayés, augmentant ainsi le total de ces provisions pour la cinquième fois de suite.

Aux valeurs, Thales bondit de 12,6% et enregistre la plus forte hausse de l'indice Eurostoxx600, après la publication de ses résultats pour 2012.

A l'inverse, l'opérateur belge Belgacom chute de près de 9%, deuxième plus forte baisse de l'Eurostoxx 600 après l'annonce vendredi qu'il anticipait pour cette année un recul compris entre 4% et 6% de son résultat brut d'exploitation (Ebitda).

Vivendi perd 2,95%, sa filiale SFR ayant annoncé jeudi qu'elle devrait afficher un excédent brut d'exploitation de 2,8 milliards d'euros en 2015, en baisse par rapport aux 2,9 milliards d'euros attendu cette année, selon Les Echos.

L'euro est reparti à la baisse face au dollar et évolue près de son plus bas de sept semaines de 1,3018 dollars atteint en début de semaine.

Sur le marché obligataire, les futurs sur Bonds allemands sont en hausse dans un contexte de crise politique en Italie et d'incertitudes liées aux coupes budgétaires aux Etats-Unis.

Sur le marché pétrolier, le Brent est passé sous la barre des 111 dollars, les mauvais chiffres de l'économie chinoise laissant entrevoir une baisse de la demande.

Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant