Les Bourses européennes conservent leurs gains à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES AVANCENT À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES AVANCENT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes conservent leurs gains à mi-séance et Wall Street est attendue en hausse de plus de 1% tandis que le dollar reste faible après le retrait de Lawrence Summers de la course à la présidence de la Fed qui ouvre la voie à une poursuite de la politique de taux bas et de soutien à la croissance.

Ce retrait intervient à la veille de la réunion de deux jours du comité de politique monétaire de la Fed au cours de laquelle la Réserve fédérale américaine devrait décider de limiter quelque peu son programme de rachats d'obligations.

L'accord conclu ce week-end à Genève entre la Russie et les Etats-Unis pour le contrôle des armes chimiques syriennes favorise également un mouvement des investisseurs vers les actifs à risque.

À Paris, l'indice CAC 40 progresse de 0,9% à 4.151,56 points vers 11h20 GMT, à ses plus hauts depuis février 2011. À Francfort, le Dax prend 1,2%, à son record historique, et à Londres, le FTSE gagne 0,9%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 s'adjuge 0,95% et l'EuroFirst 300 (+0,8%) a atteint son plus haut niveau depuis mi-2008.

Le président américain a annoncé dimanche que l'ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton et ex-conseiller économique de Barack Obama, se retirait de la course à la présidence de la Fed. La grande favorite est Janet Yellen, vice-présidente, résolument en faveur d'une politique accommodante.

"C'est une menace de moins et je pense que c'est ce qui explique le rally", souligne Ian Williams, chargé de la stratégie de gestion chez Peel Hunt.

"Le sentiment du marché est que (Janet) Yellen devrait être plus accommodante, ce qui déclenche cette réaction positive et je pense que cela renforce la perspective d'une réduction modeste du rythme des achats d'actifs. Mais globalement, la politique monétaire va rester largement inchangée."

La majorité absolue obtenue par la CSU aux élections en Bavière dimanche, un résultat qui pourrait être de bon augure pour Angela Merkel, contribue également à l'engouement pour les actions et les autres actifs à risque.

De son côté, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, a déclaré à Berlin que l'économie de la zone euro restait "fragile" et que le taux de chômage était "toujours beaucoup trop élevé", tout en réaffirmant l'engagement de la BCE à maintenir des taux bas pendant une période prolongée.

Les investisseurs attendent maintenant pour cet après-midi l'indice Empire State de septembre et la production industrielle aux Etats-Unis du mois d'août.

Sur les marchés obligataires, le rendement des obligations à 10 ans du Trésor américain est tombé à un plus bas d'un mois, tout près de 2,80%, suivi par celui du Bund à 10 ans allemand, qui est passé sous la barre de 1,9%.

Sur le front du pétrole, le Brent mer du Nord perd plus de deux dollars le baril après l'accord russo-américain conclu ce week-end sur la Syrie.

Aux valeurs, le suédois Hennes & Mauritz (H&M) prend près de 4% après une croissance plus forte que prévu de ses ventes en août.

A Paris, Rémy Cointreau gagne plus de 6%, plus forte hausse de l'indice SBF 120 et du Stoxx 600, soutenu par la reprise des exportations de cognac en Chine en août, selon des analystes.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant