Les Bourses européennes confirment leur rebond à mi-séance

le
0
LA BOURSE DE PARIS EN HAUSSE À MI-SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS EN HAUSSE À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes confirment leur rebond lundi à mi-séance, dans le sillage des cours des matières premières et malgré les craintes d'un "Brexit" qui pèsent sur la livre, et Wall Street est attendue en hausse de plus de 1%.

La livre sterling accuse sa plus forte baisse depuis 11 mois face au dollar, à 1,4174, au lendemain de l'annonce par Boris Johnson, le très populaire maire de Londres, qu'il ferait campagne pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin prochain.

À Paris, l'indice CAC 40 affiche un gain de 1,6% à 4.290,46 points vers 12h00. À Francfort, le Dax gagne 1,78% et, à Londres, le FTSE prend 1,2%, soutenu par les valeurs minières.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 gagne 1,38% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 1,84%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 1,2% environ.

Malgré les gains de la matinée et de la semaine dernière sur les marchés européens, le CAC 40 accuse encore une perte de 7,5% et l'EuroFirst 300 de 9,3% depuis le début de l'année, dans un climat d'inquiétudes concernant la croissance mondiale, notamment en Chine, et de chute des cours du pétrole.

La publication d'indicateurs d'activité montrant un net ralentissement de la croissance en Europe a encore renforcé la conviction des investisseurs que la Banque centrale européenne (BCE) prendra de nouvelles mesures de soutien à l'économie lors de sa prochaine réunion en mars.

L'activité dans le secteur privé français s'est légèrement contractée en février après 12 mois consécutifs en croissance, selon la version flash des indices PMI de Markit, et la croissance du secteur privé allemand a ralenti pour le deuxième mois consécutif. Pour l'ensemble de la zone euro, l'indice de croissance dans le privé est tombé à son plus bas en 13 mois.

Tous les indices sectoriels européens restent dans le vert, ainsi que l'ensemble des valeurs du CAC 40. Les secteurs cycliques affichent les plus fortes hausses, notamment les ressources de base (+3,85%), à un pic de deux mois. Avec le rebond des cours du cuivre et du minerai de fer, BHP Billiton gagne 5,8% et Rio Tinto 5,4%. Dans le même secteur, Glencore s'adjuge 4,7% et ArcelorMittal 3,8%, en tête du CAC.

Le secteur bancaire, qui a souffert récemment d'inquiétudes sur sa solvabilité et sa rentabilité, prend 1,5%, porté par les déclarations vendredi du vice-président de la Banque centrale européenne, Vitor Constancio, affirmant que la BCE prendrait soin de protéger les banques de la zone euro si elle devait décider d'assouplir davantage sa politique monétaire.

Les dettes souveraines italienne et portugaise ont également profité de ces déclarations, ce qui a déclenché une baisse de leurs taux de rendement.

Le groupe bancaire HSBC perd en revanche 2,9%, plus forte baisse de l'EuroFirst 300, après avoir annoncé entrevoir un environnement financier encore difficile en 2016 après une année 2015 qui s'est soldée par un bénéfice imposable inférieur aux attentes, sur fond de ralentissement de la croissance en Chine et de chute des cours des matières premières.

(Nigel Stephenson et Danilo Masoni, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant