Les Bourses européennes clôturent en repli

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont clôturé en repli mardi, affaiblies par la baisse des cours des ressources de base et par la présentation par la Banque du Japon (BoJ) d'un tableau plutôt sombre de l'économie de l'archipel.

Des chiffres peu rassurants sur les ventes de détail aux Etats-Unis ont en outre nourri les craintes pour la santé de la première économie du monde à la veille du communiqué de politique monétaire de la Réserve fédérale, qui sera disséqué à la recherche d'indices sur le calendrier des hausses de taux à venir.

"Le marché s'inquiète de toute remarque renforçant l'hypothèse d'une hausse de taux dès le mois de juin", explique Fawad Razaqzada (Gain Capital). "Mais si, à l'inverse, la Fed paraît repousser un resserrement, les marchés devraient alors pousser un soupir de soulagement".

À Paris, l'indice CAC 40 a perdu 0,75% (33,96 points) à 4.472,63 points. À Francfort, le DAX a cédé 0,56%, tout comme le FTSE à Londres. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a abandonné 1,1% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro a reculé de 0,8%.

Les marchés européens ont ouvert en recul après les annonces de la BoJ qui a laissé sa politique monétaire inchangée comme prévu mais s'est inquiétée notamment de l'affaiblissement des anticipations d'inflation, laissant entendre que l'environnement international pourrait justifier de nouvelles mesures d'assouplissement.

L'attention du marché reste focalisée sur les réunions de banques centrales avec non seulement la Fed, mercredi, mais aussi la Banque d'Angleterre et la Banque nationale suisse (BNS), le lendemain.

L'indice des valeurs liées aux ressources de base accuse le plus net recul sectoriel en Europe avec une perte de 4,74%, alimentée notamment par les groupes miniers BHP Billiton (-6,54%) et Glencore (-4,77%).

Contre la tendance, Safran a pris 3,73% à Paris, la plus forte hausse du CAC et de l'Eurofirst 300. Le directeur général du groupe industriel, Philippe Petitcolin, a dit lundi après la clôture que toutes ses prévisions pour 2020 présentées dans la journée étaient "très prudentes".

A la hausse également, SFR a pris 1,42% après avoir dit prévoir d'accélérer ses investissements au cours des deux prochaines années pour reconquérir ses clients mobiles qui ont déserté en masse en 2015 sur fond de critiques sur la qualité du réseau de l'opérateur racheté par le magnat des télécoms Patrick Drahi.

Du côté du marché pétrolier, le Brent est passé sous les 39 dollars le baril, prolongeant ses pertes de lundi. Les investisseurs prennent leurs profits après six semaines de rebond des cours du brut. L'Opep n'a rien fait pour soutenir la tendance en disant que la demande mondiale de brut serait inférieure aux attentes en 2016 malgré sa stratégie de laisser filer les prix pour défendre ses parts de marché.

Sur le front de la dette, le marché des obligations souveraines de la zone euro marque une pause en attendant la Fed, après une phase d'engouement en réaction au plan massif de soutien à la croissance de la Banque centrale européenne (BCE) annoncé jeudi.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant