Les Bourses européennes clôturent en ordre dispersé

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé dans le désordre lundi après l'annonce d'une inflation en zone euro au plus bas depuis novembre 2009, dans un contexte perturbé par des opérations de fin de trimestre.

L'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 0,45% à 4.391,50 points. Le Footsie britannique a cédé 0,26% et le Dax allemand 0,33%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,34%, après avoir brièvement atteint un nouveau record de cinq ans et demi en cours de séance, tandis que le FTSEurofirst 300 a fini en hausse de 0,09%.

La Bourse de Milan a surperformé, avec un gain de 0,9%, dopée par la bonne performance ses banques, dont plusieurs sont en tête de l'EuroStoxx 50, notamment Intesa Sanpaolo (+2,41%) et Unicredit (+1,45%).

Les banques italiennes sont elles-mêmes tirées par Monte Paschi di Siena qui a pris 4,87% après avoir vu 4,5% de son capital passer dans les mains de fonds d'investissement latino-américains, et par Banco Popolare qui a gagné 15,79% après avoir apparemment attiré des investisseurs étrangers dans le cadre de son augmentation de capital de 1,5 milliard d'euros.

"Ces augmentations de capital vont renforcer les banques dans un contexte de stabilisation de l'environnement économique en Italie", dit Roberto Brasca, qui gère un fonds d'actions européen pour la société de gestion AcomeA.

L'inflation au sein de la zone euro a enregistré un nouveau recul en mars, tombant à un plus bas depuis novembre 2009 et alimentant les spéculations sur de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire par la Banque centrale europénne (BCE) afin de conjurer les risques de déflation.

"Les chances d'une nouvelle baisse de taux et d'un éventuel QE (programme d'assouplissement quantitatif ou "quantitative easing") après ces chiffres ont clairement augmenté," estime Philippe Gijsels, responsable de la recherche économique chez BNP Paribas Fortis Global Markets à Bruxelles.

"Cela pourrait avoir un impact positif à plus long terme sur les actions européennes. Aujourd'hui, les rééquilibrages de portefeuilles de fin de trimestre brouillent la tendance", ajoute-t-il.

Néanmoins, selon une enquête menée par Reuters après les chiffres de l'inflation, une large majorité de traders interrogés sur le marché monétaire -18 sur 22- estime toujours que la BCE devrait opter pour le statu quo à l'issue de sa réunion mensuelle jeudi.

Outre-Atlantique, la présidente de la Fed Janet Yellen a quant à elle annoncé que l'engagement "exceptionnel" de la banque centrale à soutenir l'économie américaine, notamment un marché de l'emploi encore poussif, continuerait à s'imposer quelque temps.

Sur le marché des changes, l'euro est remonté autour de 1,3780 dollar et de 141,90 yens, à ses plus hauts de trois semaines face à la devise nippone, après avoir momentanément fléchi en réaction à l'inflation en zone euro.

Sur le marché pétrolier, le Brent retombe sous les 107,50 dollars le baril.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant