Les Bourses européennes clôturent en ordre dispersé

le
0

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mardi au terme d'une séance dominée par la dégradation du climat des affaires en Allemagne, tandis que les marchés américains étaient orientés à la hausse après la publication de statistiques économiques meilleures que prévu.

À Paris, le CAC 40 a grappillé 0,06%, soit 2,77 points, à 4.518,34 points. Le Footsie britannique a reculé de 0,2% et le Dax allemand a avancé de 0,17%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a gagné 0,07% et que le FTSEurofirst 300 a cédé 0,06%.

Les marchés européens, dynamisés ces derniers temps par une intense activité dans le secteur des fusions et acquisitions, ont été refroidis en milieu de matinée par l'indice du climat des affaires de l'institut munichois Ifo, qui montre que le sentiment des entreprises allemandes s'est dégradé plus que prévu en juin.

"Vous voyez des statistiques économiques en Europe décevantes", a déclaré François Savary, responsable des investissements chez la banque suisse Reyl. "Il n'y a rien de majeur, mais le moment est venu pour une période de consolidation sur les marchés."

Aux valeurs, Syngenta a grimpé de 5,72% à Zürich après des informations de presse sur l'intérêt prêté à l'américain Monsanto pour un éventuel rachat.

Vivendi termine en hausse de 0,42% après la nomination de Vincent Bolloré à la présidence du conseil.

Plus forte hausse du CAC 40, GDF Suez, valeur défensive, a avancé de 1,27%, tandis que les financières ont perdu du terrain en Europe. UniCredit et Intesa SanPaolo, les deux plus fortes baisses de l'EuroStoxx 50, ont perdu respectivement 2,46% et 1,8%.

Alcatel-Lucent, lanterne rouge du CAC, a reculé de 2,91%, après avoir annoncé une offre de rachat en numéraire de dette obligataire.

Les cours du pétrole continuent de refluer, avec le baril de Brent légèrement au-dessus des 114 dollars le baril, les marchés étant rassurés par le niveau de la production en Irak malgré l'escalade des violences.

Sur le marché des changes, la livre a été pénalisée par les déclarations du gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney, qui a suscité le doute sur le calendrier de la future hausse des taux, tandis que l'euro recule face au billet vert, à 1,3585.

Le cours spot de l'or a atteint un plus haut de plus de deux mois à 1.325 dollars l'once.

(Mathilde Gardin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant