Les Bourses européennes clôturent en ordre dispersé

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé en Europe, les investisseurs sécurisant leurs gains après le rally de la veille.

À Paris, le CAC 40 a terminé en recul de 0,34% à 3.721,17 points et le Dax allemand a cédé 0,29%. En revanche, le Footsie britannique a tiré son épingle du jeu, gagnant 0,33%. L'indice EuroStoxx 50 a de son côté terminé en recul de 0,37%.

Après un début de séance difficile, les pertes ont été limitées par la publication d'une statistique encourageante pour le marché de l'emploi américain.

Le secteur privé aux Etats-Unis a ainsi créé en décembre un nombre d'emplois bien supérieur aux attentes, signe d'un relatif rebond de l'économie américaine à la fin de l'année 2012 en dépit des grandes incertitudes soulevées par le "mur budgétaire" ("fiscal cliff").

Aux valeurs, Alcatel s'est envolé de près de 10%, Credit suisse ayant relevé sa recommandation de "sous-performance" à "neutre" et porté son objectif de cours de 0,70 à 1,25 euro.

Vivendi (-1,75%) et Iliad (-0,83%) sont en revanche en baisse après des informations de presse selon lesquelles l'Autorité de la concurrence - qui n'a pas souhaité faire de commentaire - s'est opposée à l'idée d'un rapprochement entre leurs filiales SFR et Free.

A Londres, Next est davantage à la fête (+2,63%). Le deuxième distributeur britannique d'habillement a relevé sa prévision de bénéfice annuel en invoquant l'augmentation de ses ventes au cours de la période précédant Noël et une amélioration de ses marges.

A Wall Street, le titre Boeing prend 0,7%. L'avionneur a annoncé avec reçu 1.203 commandes nettes d'appareils en 2012, et en a livré 601, devançant ainsi nettement les performances de son concurrent européen Airbus.

L'action SunPower s'envole de 33% au lendemain de l'annonce de la vente de deux projets d'énergie solaire californiens à une société contrôlée par la holding de l'investisseur Warren Buffett, Berkshire Hathaway.

Le soulagement, après l'accord signé à Washington pour éviter le "fiscal cliff", semble avoir été de courte durée, le dollar remontant à un plus haut de trois semaines contre un panier de devises, signe que les investisseurs sont toujours préoccupés par la situation budgétaire des Etats-Unis.

Ces craintes pèsent également sur les cours du pétrole. Le Brent repartant à la baisse, pourrait repasser en-dessous de la barre des 112 dollars le baril.

Catherine Monin pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant