Les Bourses européennes clôturent en ordre dispersé

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en recul modéré mercredi, sous le coup, comme Wall Street, de la persistance de l'impasse budgétaire aux Etats-Unis et de la perspective de voir la première économie mondiale se retrouver en défaut technique à la fin de la semaine prochaine si la plafond de la dette n'est pas relevé.

À Paris, le CAC 40 a terminé en recul de 0,16% (-6,48 points) à 4.127,05 points. Le Footsie britannique a cédé 0,44% et le Dax allemand 0,46%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a gagné 0,05% et le FTSEurofirst 300 a cédé 0,63%.

Wall Street avait pourtant ouvert en légère hausse à la faveur de la nomination imminente de Janet Yellen, considérée comme une "colombe" en termes de politique monétaire, à la tête de la Réserve fédérale américaine, perçue comme la promesse d'une réduction en douceur du soutien de la Fed à l'économie.

"Les intervenants de marché sont rassurés par la nomination attendue de Janet Yellen parce que cela clarifie le chemin qu'empruntera la politique monétaire (...) C'est une incertitude qui est levée", a déclaré Anastasia Amoro, analyste chez JP Morgan Funds.

Mais la principale incertitude qui plombe les marchés actions depuis au moins deux semaines -le blocage budgétaire au Congrès et ses éventuelles répercussions sur les négociations devant aboutir au relèvement du plafond de la dette- reste pleine et entière.

Evoquant un cataclysme financier et une grave crise économique, le président des Etats-Unis s'est adressé mardi directement aux Américains pour les mettre en garde contre les conséquences concrètes pour eux mais aussi pour l'avenir de leur pays d'un défaut de paiement des Etats-Unis.

Ceci étant dit, les investisseurs interrogés par Reuters font quand même le pari que républicains et démocrates finiront par s'entendre puisqu'une série d'enquêtes publiées dans la journée montrent qu'ils voient les principales places boursières monter d'ici la fin de l'année.

Les places européennes ont à un moment effacé une partie de leurs pertes après le retour réussi de l'Espagne sur le marché de la dette long terme. Une émission de papier italien à sept ans a également été bien accueillie.

Le dollar a profité, comme Wall Street en début de séance, de la prochaine nomination de Janet Yellen. Cette évolution a pu accentuer la forte baisse des cours du pétrole, qui ont par ailleurs pâti de la plus forte hausse des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis depuis un an.

Du côté des valeurs, le titre Telecom Italia a fini sur un bond de 6,24% à 0,656 euro après un article de Bloomberg suivant lequel l'opérateur télécoms veut au moins 12 milliards de dollars pour sa participation dans le brésilien Tim Partecipacoes.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant