Les Bourses européennes clôturent en nette hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en forte hausse mardi, soutenues par l'espoir d'un assouplissement de la position allemande vis-à-vis d'une demande d'aide de l'Espagne et par de bonnes surprises au niveau des résultats à Wall Street, notamment dans le secteur des banques.

L'euro a touché un pic d'une semaine, à 1,3060 dollar, et reste au-dessus de 1,30 dollar, en réaction à des propos d'un parlementaire allemand rapportés par l'agence Bloomberg -et pourtant démentis en fin de séance- selon lesquels Berlin était ouverte à l'octroi par le Mécanisme européen de Stabilité (MES) d'une ligne de crédit de précaution à l'Espagne.

Norbert Barthle, parlementaire de la coalition gouvernementale, a dit en fin de séance que ses propos avaient été mal interprétés et ne faisaient pas référence à l'Espagne.

À Paris, le CAC 40 a fini en hausse 2,36% à 3.500,94 points. Le Footsie britannique a pris 1,12% et le Dax allemand a progressé de 1,58%, tandis que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a gagné 1,35% et l'EuroStoxx 50 2,53%.

En Europe, les valeurs financières ont mené la hausse, soutenues par les bons résultats de Goldman Sachs Outre-Atlantique et par l'optimisme accru concernant l'Espagne. Crédit agricole a gagné 5,28%, plus forte hausse du CAC 40, BBVA s'est adjugé 5,98% et Deutsche Bank a progressé de 5,06%.

L'automobile (-0,62%) a été le seul secteur à finir dans le rouge après l'annonce d'une chute de 10,8% des immatriculations en Europe en septembre. PSA a perdu 3,42% et Michelin 3,57%, suivi de Renault (-0,99%).

Une série d'indicateurs positifs, en Europe avec l'indice ZEW allemand et aux Etats-Unis avec un rebond de la production industrielle et un indice immobilier NAHB au plus haut depuis juin 2006, ont également soutenu la tendance, tout comme la perspective du déblocage d'une nouvelle aide pour la Grèce.

Sur le marché obligataire, les espoirs renouvelés concernant l'Espagne et la Grèce ont entraîné les futures sur Bund en baisse de 74 ticks à 140,78.

Le Brent a reflué sous le seuil des 115 dollars le baril, affaibli par des anticipations de hausse des stocks américains dans la semaine au 12 octobre en raison d'une hausse attendue des importations, selon une enquête Reuters auprès d'analystes du secteur.

Juliette Rouillon pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant