Les Bourses européennes clôturent en hausse, regain d'optimisme

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les marchés d'actions européens ont terminé sur une hausse sensible vendredi, portés par l'espoir d'une résolution prochaine de la crise grecque.

A la Bourse de Paris, le CAC 40 a fini en hausse de 1,37% à 3.439,62 points. Sur la semaine, il a pris 1,97%. Le Dax allemand a pris 1,42% tandis que le FTSE londonien a gagné 0,33%. L'indice Eurostoxx 50 a gagné 1,24% en clôture.

En tête des hausses du CAC 40, Lafarge a bondi de 8,26% après avoir annoncé une baisse de 14% de sa dette nette en 2011 grâce notamment à sa sortie de l'activité plâtre. Le groupe compte poursuivre en 2012 ses cessions d'actifs et accélérer son désendettement.

L'indice Stoxx des bancaires (+1,36%), dont l'évolution est étroitement liée à celle des négociations autour de la dette

grecque, est arrivé en tête des hausses sectorielles en Europe, s'adjugeant 1,36%.

A Paris, le titre Société générale a enregistré la deuxième plus forte hausse du CAC 40, prenant 6,52% à 24,025 euros.

L'assureur néerlandais Aegon, qui a pourtant raté le consensus au quatrième trimestre, a gagné 6,97%, salué par les analystes pour ses mesures de restructuration et de réduction des coûts.

Environ la moitié des sociétés de l'EuroStoxx 600 ont publié leurs résultats, dont 51% sont conformes ou supérieurs aux attentes. Les chiffres en Europe sont nettement moins bons qu'aux Etats-Unis, où 77% des sociétés du S&P 500 ont publié jusqu'ici, dont 68% ont été en ligne ou supérieurs aux attentes, selon Thomson Reuters Starmine.

Le regain d'appétit pour le risque pénalise les marchés de la dette, comme en témoigne la hausse des rendements des obligations américaines et allemandes. Il favorise en revanche l'euro, revenu à un plus haut de deux mois contre le yen.

Les espoirs des investisseurs sont notamment alimentés par l'optimisme exprimé par plusieurs dirigeants européens sur les chances d'une conclusion lundi d'un accord sur la Grèce.

Selon des sources de Reuters, des responsables de la BCE songeraient à autoriser les banques centrales de la zone euro à appliquer des décotes sur la dette grecque dans leurs portefeuilles d'investissement, à l'image de ce que fait le secteur privé.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant