Les Bourses européennes clôturent en hausse malgré l'Ukraine

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

(Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, amplifiant leur progression des séances précédentes malgré la montée des tensions géopolitiques, les perspectives d'évolution de la politique monétaire américaine l'emportant visiblement aux yeux de nombreux investisseurs.

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 0,17% à 4.335,28 points. Le Footsie britannique a progressé de 0,23% et le Dax allemand de 0,5%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 avançait de 0,25% et le FTSEurofirst 300 de 0,28%.

A Wall Street, au moment de la clôture en Europe, l'indice Dow Jones prenait 0,43% et le Standard & Poor's-500 0,3% mais le Nasdaq Composite abandonnait 0,2%. Le S&P-500, qui a inscrit en début de séance un nouveau plus haut historique à 1.883,97 points, est en passe de boucler une quatrième séance d'affilée dans le vert, comme le Dow.

"C'est à la hausse qu'il y a le moins de résistance pour l'instant pour les marchés, qui ne croient pas pour l'instant que le problème ukrainien soit très important parce que personne ne croit que Poutine fera quoi que ce soit de trop grave", explique Michael Matousek, responsable du trading d'US Global Investors.

"Bien sûr, si la situation venait à se durcir, cela deviendrait défavorable aux marchés."

La Bourse de Moscou a fini en repli de 1%.

Les marchés européens ont notamment été soutenus par des spéculations sur la possibilités de nouvelles mesures de soutien à la croissance en Chine, qui ont bénéficié entre autres aux valeurs minières et au secteur de l'énergie. L'indice Stoxx européen des ressources de base a pris 1,07% et celui du pétrole et du gaz 0,61%.

A Paris, le compartiment des valeurs télécoms a naturellement été animé par la surenchère de Bouygues (-2,64%) sur SFR face à Numericable (+1,34%). Vivendi, la maison mère de SFR, a cédé 1,35% et Iliad, celle de Free Mobile, 0,46%. (voir:)

Le CAC 40 a progressé de 2,82% sur l'ensemble de la semaine, la plus forte progression hebdomadaire de l'indice phare de la Bourse de Paris depuis trois mois et la semaine du 16 décembre. Le FTSEurofirst 300 a pris 1,97%.

Sur le marché des changes, le dollar se maintient non loin d'un plus haut de trois semaines, autour de 1,38 pour un euro et se stabilise face à un panier de référence combinant plusieurs autres grandes devises.

Côté obligations, la journée, en Europe, a été marquée par un nouveau repli des rendements grecs, désormais inférieurs à 7% à dix ans, après la confirmation des notes de Standard & Poor's, assorties d'une perspective stable.

Le pétrole, lui, progresse de près de 1%, soutenu par les sanctions américaines contre la Russie, deuxième exportateur mondial de brut, qui alimentent les craintes de tensions sur l'offre.

(Herbert Lash, Marc Angrand et Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant