Les Bourses européennes clôturent en hausse

le
0
CLÔTURE EN HAUSSE POUR LES BOURSES EUROPÉENNES
CLÔTURE EN HAUSSE POUR LES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en net rebond mardi, soutenues comme Wall Street et le reste des marchés d'actions dans le monde par une progression marquée des cours des matières premières et par de solides résultats trimestriels.

À Paris, le CAC 40 a repassé la barre des 4.500 points, en hausse de 1,32% (58,68 points) à 4.508,91 points. Le Footsie britannique a pris 0,76% et le Dax allemand 1,22%. L'indice EuroStoxx 50 a gagné 1,27%, le FTSEurofirst 300 1,37% et le Stoxx 600 1,5%.

Les marchés européens avaient terminé lundi clairement dans le rouge, les actions ayant souffert de la remontée des rendements obligataires, au plus haut depuis juin, et de la baisse des cours du pétrole.

Le rebond de mardi est soutenu par les ressources de base, dont l'indice a pris 2,79%, plus forte hausse sectorielle en Europe, à la faveur d'un bond des cours des métaux portés par des indicateurs chinois encourageants.

A la clôture en Europe, les indices boursiers américains prenaient 0,5% à 1%, grâce à de bons résultats, notamment de Goldman Sachs et de Netflix, et malgré la déception sur les marges d'IBM.

Un troisième trimestre meilleur que prévu pour les banques américaines a également profité aux banques en Europe, dont l'indice affiche la deuxième plus forte hausse sectorielle avec un gain de 2,38%.

A la hausse également, Rémy Cointreau a pris 1,53% après avoir fortement accéléré la cadence au deuxième trimestre de son exercice décalé, porté par un bond de son cognac dont les ventes ont brillé aux Etats-Unis et renoué avec la croissance en Chine.

Contre la tendance, Burberry a chuté en revanche de 7,21% à la Bourse de Londres, la plus forte baisse du Stoxx 600 et sa plus mauvaise séance depuis un an, sous le coup de prises de bénéfice à la suite de l'annonce de résultats en demi-teinte malgré le soutien de la livre sterling.

Sur le front obligataire, les rendements de la dette portugaise ont touché leurs plus bas en près de cinq semaines, à 3,25%, après une révision en baisse de l'objectif de déficit 2017 du gouvernement qui a fait naître l'espoir que DBRS, dernière agence de notation à maintenir le Portugal en catégorie investissement, laissera vendredi la note souveraine du pays inchangée.

Plus globalement, une mesure des anticipations d'inflation à long terme en zone euro a atteint un pic de près de quatre mois à 1,43% sur des signes de reprise de l'inflation, notamment aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Sur le marché des changes, la livre a repris plus de 1% pour atteindre son plus haut niveau face à l'euro depuis le "flash crash" du 7 octobre, après l'évocation par un avocat représentant le gouvernement britannique de la nécessité d'un vote du Parlement pour ratifier un accord sur les modalités d'une sortie de l'Union européenne. Le sterling a atteint des pics de 90,30 pence pour un euro et de 1,2323 dollar après les déclarations de l'avocat.

Quant au dollar il a subi quelques prises de profits après un gain de 3% depuis fin septembre avec en ligne de mire une hausse des taux de la Réserve fédérale d'ici la fin de l'année.

(Avec Dion Rabouin, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant