Les Bourses européennes clôturent en baisse, l'Ukraine pèse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé pour la plupart dans le rouge vendredi et très loin de leurs plus hauts du jour, l'annonce, moins d'une heure avant la clôture, de la destruction par l'armée ukrainienne de blindés russes sur le territoire ukrainien ayant brutalement plombé des marchés jusqu'alors bien orientés.

Le CAC 40 à Paris a terminé en recul de 0,74% (-31,07 points) à 4.174,36 points alors qu'il gagnait plus de 1% en milieu d'après-midi à 4.256,34 points. Le Dax allemand a cédé 1,44% tandis que l'indice EuroStoxx 50 reculait de 0,81% et le FTSEurofirst 300 de 0,45%. Le FTSE britannique est parvenu à terminer en hausse symbolique de 0,06% grâce au soutien des valeurs minières.

L'indice de volatilité de l'EuroStoxx affiche quant à lui un bond de plus de 17% sur la journée, réalisé pour l'essentiel dans les 45 dernières minutes de transactions.

L'artillerie ukrainienne a détruit une partie importante d'une colonne de blindés russes qui avait franchi la frontière dans la nuit, a annoncé le président ukrainien Petro Porochenko, lors d'un entretien avec le Premier ministre britannique David Cameron, selon le site de la présidence.

La nouvelle a déclenché un mouvement de repli sur les valeurs refuges, au détriment des actions et au profit des emprunts d'Etat, du franc suisse et du yen.

Les valeurs allemandes -davantage exposées aux risques liés à la crise ukrainienne- trustent le classement des plus fortes baisses du jour. Merck KGaA a cédé 2,93%, Bayer 2,33% et Daimler 2,23%. Au sein du CAC, Renault, actionnaire du russe AvtoVAZ, a abandonné 1,69%.

A la hausse, EDF s'est distingué, prenant 2,33%, la meilleure performance du CAC, après des commentaires favorables de RBC Capital Markets et MainFirst Bank sur l'impact à attendre des prochaines annonces sur les tarifs de l'électricité.

A Londres, BHP Billiton a pris 1,21% après l'annonce d'un projet de scission de ses activités d'aluminium, de manganèse et de nickel, perçu comme un effort d'amélioration de sa rentabilité.

Les toutes dernières nouvelles en provenance d'Ukraine ont surtout favorisé le franc suisse, valeur refuge par excellence, et fait tomber le rendement des obligations d'Etat allemandes à 10 ans à un nouveau plus bas historique de 0,975%. Le 10 ans américain, lui, s'affichait au plus bas depuis plus d'un an, à 2,359%.

L'euro progresse légèrement face au dollar, autour de 1,3395 dollar, mais il est tombé à son plus bas niveau depuis janvier 2013 face au franc suisse.

Les cours du pétrole rebondissent de plus d'un dollar, le Brent remontant à plus de 103 dollars.

Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 affiche une progression de 0,64% et le FTSEurofirst 300 un gain de 1,34%.

(Marc Angrand, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant