Les Bourses européennes clôturent dans le vert, portées par la BCE

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé jeudi dans le vert, saluant les propos du président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, qui a promis d'augmenter la taille du bilan de l'institut d'émission afin de tenter de redonner des couleurs à l'économie de la zone euro.

Hésitantes et nerveuses avant la conférence de presse mensuelle de Mario Draghi, les places européennes se sont redressées après des déclarations qui ont eu également pour effet de précipiter l'euro à un plus bas de deux ans face au billet vert, légèrement au-dessus de 1,24 dollar.

Mario Draghi a rassuré les marchés en évoquant le gonflement du bilan de la BCE à trois mille milliards d'euros, soit son niveau au plus fort de la crise de la zone euro, mais aussi en minimisant les divergences de vues entre banquiers centraux. "Il est assez normal de ne pas être d'accord sur certaines choses, cela arrive partout", a-t-il dit.

La BCE a laissé ses taux directeurs inchangés, comme prévu, tout en se déclarant prête à prendre, si nécessaire, de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

Les Bourses européennes ont apprécié le message.

À Paris, le CAC 40 a gagné 0,46% (+19,26 points) à 4.227,68 points. À Francfort, le Dax a pris 0,66% et à Londres, le FTSE a avancé de 0,18%. Les indices européens ont suivi le mouvement avec +0,34% pour l'EuroStoxx 50 et +0,18% pour l'Eurofirst 300.

Aux valeurs à Paris, CGG s'est distingué en s'envolant de plus de 34%, de loin la plus forte hausse du SBF 120. Le spécialiste des services et équipements géophysiques a rassuré les investisseurs en estimant son plan de restructuration suffisant pour faire face à la baisse des cours du pétrole.

Toujours à Paris, Technip gagne 4,46%, la plus forte hausse du CAC 40. Selon un stratège actions, cette performance fait écho à la remontée des parapétrolières américaines à Wall Street après la victoire électorale des républicains, jugés plus favorables à l'industrie pétrolière.

Contre la tendance, les banques françaises Société générale (-2,46%) et surtout Crédit agricole (-5,79%, plus forte baisse du CAC) perdent du terrain après leurs résultats.

Ailleurs en Europe, le cimentier allemand HeidelbergCement a pris 5,28% après l'annonce d'une augmentation plus forte que prévu de son bénéfice brut au troisième trimestre.

Finmeccanica (+6,25%) bénéficie du relèvement de ses objectifs, tout comme Adidas (+4,02%), qui profite de résultats légèrement supérieurs aux attentes.

Sur le marché obligataire, les rendements de la dette souveraine espagnole sont tombés à leur plus bas niveau en plus de dix ans lors d'une adjudication de trois milliards d'euros de titres, peu affectés par le vote symbolique sur l'indépendance en Catalogne prévu dimanche.

Les rendements italiens et portugais ont également fléchi, réduisant l'écart avec le référent allemand.

Sur le marché du pétrole, le Brent se maintient juste sous les 83 dollars le baril, les progrès apparents vers un accord sur le programme nucléaire de l'Iran et la hausse des stocks de brut américains compensant l'impact haussier des tensions au Proche-Orient.

(Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant