Les Bourses européennes clôturent dans le vert

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont clôturé en progrès mercredi mais sous leurs plus hauts de l'après-midi, tandis que les échanges sont restés volatils sur le marché des changes malgré le communiqué du G7 de la veille.

Hésitants le matin, les indices ont accentué leurs gains l'après-midi après l'ouverture positive de New York et le franchissement par l'EuroStoxx 50 d'un seuil technique. Mais ils ont ensuite réduit leur avance dans le sillage de Wall Street, qui s'est retournée à la baisse.

À Paris, l'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 11,95 points, soit 0,32%, à 3.698,53 points après être monté jusqu'à 3.709 points. A Londres le FTSE a pareillement gagné 0,33% à 6.359,11 points après une pointe à 6.384 points, nouveau plus haut depuis le début 2008.

La Bourse allemande a gagné 0,67% et le marché suisse 0,74%.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a pris 0,30% à 2.656,86 et le FTSEurofirst 300 0,34% à 1.165,43, eux aussi sous leurs plus hauts de l'après-midi.

Au moment de la clôture européenne, le Dow Jones cédait 0,39% et le S&P-500 0,04%, tandis que le Nasdaq Composite conservait un gain de 0,18%.

En Europe, Heineken et PSA Peugeot Citroën ont tenu la vedette après leurs résultats. Le brasseur néerlandais a gagné 5,74% après avoir publié des bénéfices 2012 supérieurs aux attentes et fait état de perspectives favorables pour cette année. Pour PSA (+7,29%), les investisseurs ont apprécié que le constructeur automobile confirme ses objectifs de redressement à moyen terme malgré une perte record en 2012, due en bonne partie à des dépréciations d'actifs.

Lafarge (+3,36%) s'est également distingué à Paris, signant la meilleure performance du CAC après un relèvement de la recommandation de Goldman Sachs.

A l'inverse, les banques ING (-4,04%) et Société générale (-3,57%) ont subi les deux plus fortes baisses du FTSEuroFirst300, toutes deux sanctionnées pour leurs résultats trimestriels inférieurs aux attentes.

Parmi les valeurs moyennes, le fabricant allemand de téléviseurs haut de gamme Loewe a bondi de 23% sur de nouvelles rumeurs d'OPA d'Apple.

Sur le marché obligataire, le rendement de la dette italienne à 10 ans s'est détendu autour des 4,45%, le pays ayant placé avec succès son premier emprunt à 30 ans en près de deux ans malgré le contexte politique tendu avant les élections législatives des 24 et 25 février. "Le sentiment redevient plus positif sur les périphériques, le risque politique ayant peut-être été exagéré", admet un trader en faisant état de volumes "tout à fait respectables" sur le papier italien.

Les échanges sont en revanche restés heurtés sur le marché des changes malgré le communiqué du G7 de mardi censé calmer la volatilité autour du yen et de l'euro. La devise japonaise, en hausse le matin, est repartie en légère baisse l'après-midi, s'échangeant en fin de journée à 93,40 pour un dollar (-0,19%) et 125,52 contre l'euro (-0,10%). L'euro/dollar, lui, fléchissait de 0,09% à 1,3438, au-dessus cependant de son point bas de lundi à 1,3325.

L'Allemagne a dit souhaiter que la réunion du G20 à Moscou, vendredi et samedi, endosse le communiqué du G7 afin d'apaiser les tensions sur le marché. D'ici là, la réunion monétaire de la Banque du Japon, jeudi, pourrait être un non événement en attendant la nomination du successeur du gouverneur Masaaki Shirakawa, qui quittera ses fonctions le 19 mars.

Sur le marché pétrolier, le Brent était stable à 118,65 dollars le baril en fin de journée européenne, tiraillé entre la révision en baisse de l'estimation de demande mondiale de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et l'annonce d'une hausse moins forte que prévu des stocks aux Etats-Unis la semaine dernière.

Véronique Tison pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant