Les Bourses européennes avancent dans les premiers échanges

le
0
LA BOURSE DE PARIS S'ORIENTE À LA HAUSSE EN DÉBUT DE SÉANCE
LA BOURSE DE PARIS S'ORIENTE À LA HAUSSE EN DÉBUT DE SÉANCE

(Reuters) - Les principales Bourses européennes s'orientent à la hausse en début de séance lundi, au début d'une semaine que les intervenant sur les marchés financiers espèrent décisive pour l'Espagne et la crise de la dette en Europe.

Après une ouverture en repli de 0,1%, le CAC 40 avance de 0,31% à 3.365,35 points au terme du premier quart d'heures d'échanges à Paris. Le Dax gagne pareillement 0,49% à Francfort et le FTSE prend 0,27% à Londres. L'indice large paneuropéen Eurofirst 300 reprend 0,35% après un recul de 2,7% sur l'ensemble de la semaine dernière.

Les investisseurs souhaitent que le projet de budget puis l'audit bancaire présentés en fin de semaine dernière à Madrid soient le préambule à une demande officielle d'aide formulée par le gouvernement de Mariano Rajoy. Cette requête activerait le programme de rachats d'obligations souveraines de la Banque centrale européenne, lui-même jugé essentiel pour redresser les finances de l'Espagne et, au-delà, régler la crise de la dette en Europe.

L'agence de notation Moody's, qui termine son réexamen de la dette de l'Espagne, pourrait précipiter les choses si elle rétrogradait la note de Madrid en catégorie junk.

La Grèce revient aussi au premier plan avec le retour, cette semaine, des représentants de la "troïka" (FMI, BCE et Commission européenne) à Athènes.

Aux valeurs, les bancaires (+0,82%), technologiques (+0,64%) et minières (+0,54%) mènent le mouvement de reprise.

A Paris, EADS gagne 0,59% à 24,81 euros alors que Lagardère, actionnaire du groupe, juge que son projet de fusion avec le britannique BAE Systems ne crée pas suffisamment de valeur. A Londres, BAE avance de 0,28% à 326 pence.

Crédit agricole SA s'adjuge 2,03% à 5,48 euros après l'annonce de négociations exclusives avec la banque grecque Alpha Bank pour lui céder sa filiale grecque Emporiki.

Alcatel, déclassé par UBS qui conseille désormais de vendre, perd 2,21% à 0,84 euro. UBS a en revanche relevé sa recommandation sur Michelin, de "neutre" à "achat", contribuant à la hausse de 0,59%, à 61,32 euros, du cours de Bourse du fabricant de pneumatiques.

Ailleurs en Europe, la cotation de Banco Popular a été suspendue à Madrid après l'annonce, par la banque espagnole, d'un projet d'augmentation de capital pouvant aller jusqu'à 2,5 milliards d'euros.

A Londres, le groupe minier Xstrata (+1,62% à 973,3 pence) mène les hausses du FTSE après avoir enfin accepté l'offre d'achat - améliorée - de la société de négoce Glencore.

A Helsinki, Nokia recule de 0,85%, contre la tendance des technologiques. Credit Suisse est passé de "neutre" à "sous-performance" sur le titre, estimant que le fabricant finlandais de téléphones mobiles accusera une lourde perte en 2013.

Les incertitudes persistantes concernant la zone euro pèsent sur l'euro et les cours du pétrole. La monnaie européenne a reculé à un plus bas de trois semaines de 1,2804 dollar en Asie tandis que le baril de Brent, également affecté par la statistique du PMI chinois, hésite autour de la barre des 112 dollars, en repli de 0,3% sur la séance.

Sur le marché obligataire, les futures sur le Bund poursuivent leur mouvement de repli amorcé vendredi soir en réaction aux résultats sans surprise de l'audit des banques espagnoles. "C'est une réaction de soulagement mais en fait rien n'a changé : il n'y a toujours pas de signe imminent de demande d'aide de l'Espagne et les rendements espagnols devraient donc rester sous pression", dit un trader.

Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant