Les Bourses européennes aggravent leurs pertes à mi-séance

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS EN BAISSE À MI-SÉANCE
LES MARCHÉS EUROPÉENS EN BAISSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont aggravé leurs pertes mardi à mi-séance, sous le coup de la poursuite de la chute de pétrole et du très mauvais accueil réservé aux résultats des poids lourds de la cote que sont UBS et BP.

Wall Street, où la séance sera également marquée par une batterie de résultats d'entreprises, est attendue en repli de quelque 0,75% selon les premières indications disponibles.

À Paris, le CAC 40 abandonne 1,81% (-79,41 points) à 4.312,92 points vers 11h35 GMT. À Francfort, le Dax recule de 1,15% et, à Londres, le FTSE perd 1,58%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 baisse de 1,56% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,5%.

Après leur chute de la veille, les cours du brut reculent encore de quelque 3% en raison de craintes concernant la demande chinoise, de l'annonce d'une météo clémente aux Etats-Unis et d'un scepticisme quant aux chances de voir les principaux producteurs s'entendre sur les moyens de résorber l'écart entre l'offre et la demande.

L'indice regroupant les valeurs pétrolières européennes perd 3,96%, accusant la plus forte baisse sectorielle, devant le compartiment des matières premières <.SXPP (-3,17%) et celui des banques (-2,95%). Tous les indices sectoriels sont dans le rouge.

Dans le secteur pétrolier, BP plonge de plus 8,05%, le recul le plus marqué de l'indice Stoxx 50, après avoir annoncé une perte de 6,5 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros) au titre de 2015, son plus mauvais résultat depuis au moins 20 ans, en conséquence de la chute des cours du pétrole.

Juste derrière BP, UBS (-8,03%) accuse la deuxième plus forte baisse du Stoxx 50, entraînant d'ailleurs dans son sillage Credit suisse (-4,3%), à la suite de l'annonce par la banque helvétique de résultats meilleurs que prévu mais caractérisés par une sortie inattendue d'argent frais de sa division gestion de fortune.

Le groupe d'ingénierie suédois Alfa Laval, en baisse de plus de 14%, accuse le repli le plus marqué du Stoxx 600 après avoir dit s'attendre à une baisse de la demande pour ses produits et services au premier trimestre 2016.

Le titre Banca Monte dei Paschi di Siena, un temps réservé à la baisse, cède 8,4%, deuxième plus forte baisse du Stoxx 600.

A l'autre bout du spectre, l'opérateur britannique TalkTalk voit son action bondir de 8% après avoir annoncé que la cyberattaque dont il a été victime en octobre avait entraîné moins de résiliations d'abonnement que prévu.

Sur le marché des changes, l'euro progresse face à la plupart des grandes devises internationales.

Au vu du recul du marché actions, le prix des Bunds allemands, recherchés comme valeurs refuge, avançait de près de 0,2%.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant