Les Bourses européennes accroissent leurs pertes à mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les valeurs boursières européennes sont tombées à leurs plus bas niveaux en 16 mois lundi à mi-séance, aggravant leurs pertes de la semaine dernière avec les secteurs cycliques comme les banques et l'automobile en tête, dans un climat d'inquiétude persistante concernant le rythme de la croissance mondiale.

Wall Street prolonge également sa tendance de la semaine dernière et s'annonce en net repli, tout comme le baril de pétrole, au profit des valeurs refuge comme les obligations des Etats les plus solvables et l'or.

À Paris, le CAC 40 abandonne 2,36% à 4.101,60 points vers 12h05 GMT. À Francfort, le Dax perd 2,6%, à Londres, le FTSE recule de 1,78%. L'EuroStoxx 50 de la zone euro cède 2,27% et l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 2,2%, à ses plus bas niveaux depuis octobre 2014.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 1,2% à 1,7%, après un recul de 1,6% à 4,4% la semaine dernière.

L'annonce ce week-end que les réserves de change de la Chine sont tombées en janvier à leur plus bas niveau depuis mai 2012, en raison de la nécessité de soutenir le yen et de limiter les sorties de capitaux, pèse aussi.

Toutefois, la fermeture des marchés de Singapour, Hong Kong et Shanghai et Shenzhen pour le Nouvel An lunaire limite les volumes. Singapour rouvre mercredi et Hong Kong jeudi alors que les places de Chine continentale resteront fermées toute la semaine.

"L'aversion au risque gagne du terrain sur les marchés actions européens alors que les perspectives de nouvelles hausses de taux de la Fed en 2016 s'amoindrissent de plus en plus", écrit Sylvain Loganadin, analyste pour FXCM.

La Bourse d'Athènes chute de plus de 6%, à un creux de trois ans et demi, plombée par le recul de plus de 18% de son secteur bancaire. Le marché souffre de la crainte de voir s'éterniser l'examen des projets de réforme du pays par ses créanciers dans le cadre de son plan de sauvetage.

Les valeurs cycliques sont les plus touchées par l'aversion au risque liée au sentiment de fragilité de l'économie mondiale, et notamment les financières. Les investisseurs redoutent que la faiblesse des taux d'intérêt et une politique monétaire durablement accommodante ne finissent par peser sur leurs résultats.

Deutsche Bank, Commerzbank, Credit Suisse, HSBC et BNP Paribas perdent entre 2,2% et 4,6%.

Le secteur aéronautique est pénalisé par la baisse du dollar face à l'euro et les craintes d'un dividende réduit chez Rolls-Royce. Airbus perd 4,66%, Safran 6,63% et Zodiac 4,81%.

A Paris, ArcelorMittal cède 6,54%, plusieurs analystes financiers ayant abaissé leur objectif de cours sur le titre après l'annonce vendredi d'une augmentation de capital de trois milliards de dollars.

Le groupe espagnol de réservation de voyages Amadeus chute de 6,1%. Citigroup a abaissé sa recommandation sur la valeur de "conserver" à "vendre".

Contre la tendance, Casino s'adjuge 4,8%, la meilleure performance de l'indice Stoxx 600, après l'annonce de la cession de ses actifs thaïlandais qui permettront au groupe de distribution de se désendetter à hauteur de 3,3 milliards d'euros.

(Atul Prakash, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • duboisr6 il y a 10 mois

    Et oui on va enfin reparler de l' or, occulté depuis des lustres de tous les médias financiers .5000 ans d' histoire nous regardent .